Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L’invité du jour

Riad Sattouf : "Mon peuple, c'est la BD"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Daniel Kretinsky, le milliardaire tchèque à l'assaut de la presse française

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Agriculteurs "à la mer, pour prendre du champ"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Gilets jaunes: Macron cherche la bretelle de sortie"

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Cotisations sociales : la machine à redistribuer

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : bras de fer interminable entre le pouvoir et l'opposition

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Brexit : quelles issues pour Theresa May et le Royaume-Uni ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Yarol Poupaud

En savoir plus

#ActuElles

Des employées enceintes harcelées au Japon

En savoir plus

Afrique

Le Premier ministre Tsvangirai appelle à la démission du président Mugabe

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/11/2011

Le Premier ministre zimbabwéen, rival de longue date de Robert Mugabe (photo), a appelé le chef de l'État à démissionner invoquant son "âge et sa santé" sans pour autant confirmer les rumeurs qui affirment que Mugabe souffrirait d'un cancer.

AFP - Morgan Tsvangirai, Premier ministre zimbabwéen et rival du président Robert Mugabe, a suggéré mardi au chef de l'Etat de démissionner "pour le bien du pays", invoquant "son âge et sa santé".

M. Tsvangirai n'a pas confirmé la rumeur qui affirme que M. Mugabe, 87 ans, souffre d'un cancer de la prostate, mais il a commenté le récent "séjour privé" du président à l'étranger en affirmant: "Il ne souffre certainement pas du paludisme, qui peut être soigné dans l'hôpital le plus proche. Il doit y avoir des complications."

Interrogé lors d'une conférence de presse sur l'état de santé du chef de l'Etat, au pouvoir depuis 1980, M. Tsvangirai a répondu: "Oui, la question de l'âge le rattrape. La question de la santé le rattrape. Je suis sûr que, raisonnablement, il devrait songer à quitter le pouvoir, pour le bien du pays, pour le bien de l'héritage qu'il laissera, pour le bien de ses enfants."

"La responsabilité de l'Etat, c'est de prendre soin de ses leaders. Si le président est malade, il doit être soigné", a ajouté M. Tsvangirai.

En septembre, un télégramme diplomatique américain daté de 2008 diffusé par le site Wikileaks avait renforcé la rumeur du cancer.

"Le gouverneur de la banque centrale du Zimbabwe Gideon Gono a indiqué à l'ambassadeur (des Etats-Unis) le 4 juin (2008) que le président Mugabe avait un cancer de la prostate métastasé, et selon ses médecins il aurait encore trois à cinq ans à vivre", précisait ce télégramme.

Robert Mugabe, président depuis plus de trois décennies, ne montre aucune volonté de quitter le pouvoir. Il a encore affirmé lundi qu'il était en pleine forme, au retour de Singapour.

Morgan Tsvangirai avait accepté le poste de Premier ministre au terme d'un accord qui a évité la guerre civile au pays en 2008, mais les deux camps rivaux s'opposent actuellement sur la date et les conditions d'organisation d'élections qui permettraient de les départager.

Chaque scrutin au Zimbabwe depuis 2000 a été marquée par des violences, principalement contre des partisans de M. Tsvangirai.

En 2008, la campagne électorale avait été entachée par de nombreuses exactions des partisans de M. Mugabe. Devant le risque d'un bain de sang, M. Tsvangirai s'était volontairement retiré avant le second tour, laissant seul en lice Robert Mugabe.

Sous la pression internationale, le président et son rival avaient ensuite accepté de cohabiter au sein d'un gouvernement d'unité nationale resté très fragile.

Première publication : 02/11/2011

  • ZIMBABWE

    Robert Mugabe menace de saisir des entreprises étrangères

    En savoir plus

  • ZIMBABWE

    Le Premier ministre Morgan Tsvangirai se résout à de nouvelles élections

    En savoir plus

  • ZIMBABWE

    Deux ans après le partage du pouvoir, quel bilan?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)