Accéder au contenu principal
Reporters

Indonésie, les forçats du soufre

Au cœur de la région la plus volcanique du monde, des hommes descendent au fond des volcans extraire du soufre, parfois au péril de leur vie. L’industrie chimique en fait une grande consommation et l’utilise pour la fabrication d’allumettes, d’insecticides ou encore de poudre à canon…

Publicité

Le "Kawa Ijen", le "Cratère Vert", est célèbre dans toute l'Indonésie. C’est l'un des grands volcans situés sur la Ceinture de Feu du Pacifique. C'est aussi le lieu de travail de centaines de mineurs javanais qui le défient, chaque jour et chaque nuit, depuis plusieurs générations. Ils plongent au cœur d'un cratère irrespirable pour rejoindre les rives d’un lac à l'acidité mortelle.

Sans outils, sans protection, seulement armés de la volonté farouche de gagner quelques dollars par voyage, ces hommes issus des villages pauvres de Java descendent collecter du souffre - un minerai lui-même hautement toxique et dangereux - qu’ils vont lentement remonter à la surface, le dos écrasé par des charges de plusieurs dizaines de kilos.

Nous avons passé plusieurs jours à leurs côtés, dans leurs villages perchés au milieu des rizières en terrasse. Ces hommes, qui sont mineurs de père en fils, ne connaissent pas la peur. Conscients du danger, de conditions de travail d'un autre âge, ils ne se plaignent jamais.

C'est l'honneur, la dignité de ceux qui osent affronter le Kwa Ijen. Nous les avons suivis, bien avant l'aube, dans leur lente ascension du volcan. Puis, nous avons passé ces heures d'un labeur surhumain avec eux au milieu de l'étouffoir et de la fournaise.

C'est la filière du souffre en Indonésie. L’espérance de vie de ces damnés du volcan ne dépasse pas quarante ans.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.