Accéder au contenu principal

Berlusconi remporte un vote crucial mais perd la majorité absolue

Silvio Berlusconi a obtenu la ratification par la Chambre des députés des comptes publics 2010 grâce à l'abstention de l'opposition. Mais le résultat du vote montre que désormais le Cavaliere ne dispose plus de la majorité absolue.

Publicité

AFP - Le chef du gouvernement italien, Silvio Berlusconi, a remporté mardi un vote-test à la Chambre des députés grâce à l'abstention de l'opposition mais a perdu la majorité absolue, un revers qui risque de lui être fatal.

Le bilan 2010 de l'Etat italien a été adopté par 308 voix, nettement en-dessous des 316, seuil de la majorité absolue. "Le gouvernement n'a pas la majorité dans cette assemblée", a immédiatement constaté Pierluigi Bersani, le chef du Parti démocrate (PD), principal parti d'opposition.

Cette constatation a été immédiatement suivie par une demande de démission adressée à Silvio Berlusconi.

"Nous avons un problème de crédibilité avec ce gouvernement. Ce gouvernement n'est pas capable de gérer la situation et de l'affronter. Ce déficit de crédibilité est fondé sur des chiffres", a déclaré M. Bersani.

"Je vous demande, M. le Président (du Conseil, ndlr), de toutes mes forces, de prendre finalement acte de cette situation. On ne peut pas continuer à avancer de cette façon. Vous devez démissionner", a conclu le leader de l'opposition.

Les députés ayant décidé de s'abstenir de ce vote mais présents à la Chambre étaient 321, donc un chiffre nettement supérieur à ceux qui ont soutenu le gouvernement du Cavaliere qui s'est retrouvé ainsi en minorité politique à la chambre basse du parlement.

Ce résultat est en-dessous également des estimations de la presse qui tablait sur 310 ou 311 votes favorables à Silvio Berlusconi et pourrait représenter le coup de grâce pour le chef du gouvernement.

Un peu plus tôt dans la journée, Umberto Bossi, chef de la Ligue du Nord, le principal allié de Silvio Berlusconi, dont il assure la survie politique au Parlement, avait demandé au chef du gouvernement italien de démissionner.

Silvio Berlusconi a immédiatement organisé une réunion avec les principaux dirigeants de la Ligue du nord, M. Bossi, le ministre de l'Intérieur Roberto Maroni et le ministre des Finances Giulio Tremonti pour décider de la marche à suivre, démissionner ou tenter de résister encore.

La Bourse de Milan, en forte hausse de plus de 2% avant ce vote, a légèrement accéléré après le scrutin avant de se replier fortement, à 1,39% vers 15H27 GMT.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.