Mario Monti, nouvel homme fort de l'Italie

Modifié le : 18/11/2011 - 14:52

Chargé par le président italien de diriger le nouveau gouvernement, après le départ sous les huées de Silvio Berlusconi le 12 novembre, l’ex-émissaire européen Mario Monti doit s’atteler à une tâche titanesque : redresser l’économie de la péninsule.Engloutie sous une dette colossale (120 % du PIB) et blâmée pour son manque de crédibilité économique, l’Italie vit, depuis l'été, sous la menace d'être aspirée à son tour par la crise des dettes souveraines. Sous la pression des marchés financiers, la troisième économie de la zone euro s'est engagée à rééquilibrer ses comptes. Pour ce faire, Silvio Berlusconi a annoncé en août des mesures pour un retour à l’équilibre budgétaire en 2013 au lieu de 2014. En vain. L’ancien chef du gouvernement n'ayant pu présenter à ses partenaires européens des réformes concrètes lors du G20 de Cannes en octobre, l'Italie de Berlusconi s’est retrouvée sous la surveillance du Fonds monétaire international.