Accéder au contenu principal

«Au bord du gouffre»

Presse française, Mercredi 7 décembre. Au menu de la presse française ce matin, la menace de Standard and Poor’s d’abaisser la note triple A de la France, l’entrée de Frannçois Bayrou en campagne et la place des femmes toujours trop faible dans les médias.

Publicité

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook…

La presse française ce matin revient largement sur la menace de Standard and Poor’s de dégrader la note triple A de la France. Voir la Une anxiogène de France Soir:«Au bord du gouffre…la perte annoncée du triple A est un casse-tête pour les candidats à la présidentielle …»
Un casse-tête notamment pour Nicolas Sarkozy, voir la Une de Libération qui s’interroge : «Sarkozy peut-il s’en remettre ?» Le chef de l’État, comme le rappelle l’article en page 2-3, a fait de la défense du triple A un «talisman politique», sur lequel selon Alain Minc, un proche conseiller du président, il «joue sa peau». A 5 mois de la présidentielle le Chef de l’État croise les doigts pour que le sort de la France ne soit pas découplé de celui de l’Allemagne…dans le cas contraire, la gauche s’en servirait à cœur joie.
Le triple A au cœur de la bataille présidentielle…c’est aussi l’objet d’un article des Echos en page 2…Pour qui la situation de Nicolas Sarkozy se complique car comme l’avoue un autre proche du Chef de l’État: «sa capacité de rattrapage sur François Hollande tient à sa capacité à gérer la crise». A voir d’ailleurs dans le Parisien ce sondage exclusif réalisé par BVA qui donne François Hollande vainqueur de la présidentielle avec 35% des intentions de vote contre 24,5% pour Nicolas Sarkozy.

Toujours sur le triple A, voir la Une du quotidien économique La Tribune, sévère à l’égard de l’agence de notation… La Tribune va jusqu’à qualifier Standard and Poor’s de «croque-mort…qui ne mérite rien d’autre qu’un triple zéro», une agence «d’une grande nocivité puisqu’elle intervient à présent dans la politique européenne».
Une intervention en politique de S and P…c’est aussi l’avis de Libération en page 6… qui dit que l’agence de notation aurait en fait puni l’incapacité de la France et de l’Allemagne à s’entendre sur le rôle de la BCE. Implicitement nous dit-on, S and P «quitte son rôle d’analyste et se transforme en conseiller»…Libération relève aussi que le timing était mauvais, juste avant la rencontre entre Sarkozy et Merkel à l’Élysée et avant le sommet européen de Bruxelles.

Le Figaro quant à lui est un peu plus mesuré sur le sujet. Le quotidien reconnaît lui aussi qu’ «il n’y avait pas urgence à déclencher le feu avant de connaître l’issue du prochain sommet européen», mais concède cette menace de dégradation est un « mal pour un bien».Elle pousserait de manière générale les gouvernements européens et notamment Nicolas Sarkozy et Angela Merkel à agir, les mettant «au pied du mur».
Le Figaro évoque aussi le cas de David Cameron en page 8 : Cameron sous la pression des eurosceptiques britanniques... qui lui reprochent de ne pas prendre position dans le cadre de cette crise de l’euro zone sur ce qu’il estime être dans l’intérêt du pays. Les tensions se cristallisent autour des changements constitutionnels discutés à Bruxelles cette semaine :l’aile eurosceptique du parti conservateur estime que c’est le moment ou jamais d’obtenir un référendum sur l’Europe.

Deux Unes ce matin sont consacrées à François Bayrou, qui officialise son entrée en campagne… 20 minutes d’abord qui titre «Il était une FOI» …François Bayrou y croit… Même son de cloche dans la Croix qui reconnaît le courage dont fait preuve le candidat car il est aujourd’hui bien seul, alors à quoi bon ? s’interroge le quotidien… Sans doute pour « dépasser la bipolarisation politique du pays » et les discours unifiés par la gestion de la crise.

Enfin voir la Une du Parisien qui s’exclame ce matin: «donnons enfin la parole aux femmes» ! Apparemment le temps de parole de la gent féminine à la télévision est 7 fois moins important que celui des hommes…les femmes expertes sont aussi sous représentées, sauf quand il s’agit d’interviewer des victimes dans les sujets télé, …Aux femmes donc le vécu, aux hommes l’expertise… c’est assez contestable ! Un rapport doit être remis aujourd’hui à Roselyne Bachelot, la Ministre des Solidarités, par la Commission sur l’image des femmes dans les médias créée en 2008 pour remédier au problème.

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multi diffusion la Revue des Hebdos.

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.