Accéder au contenu principal

Fragilisé, le Crédit agricole coupe dans ses effectifs

Le Crédit agricole va supprimer au total 2350 postes dont 850 en France, principalement dans sa banque d'investissement. Le groupe a annoncé ce mercredi qu'il s'attendait à être en perte cette année en raison de lourdes dépréciations.

PUBLICITÉ

REUTERS - Crédit agricole SA a lancé mercredi un avertissement sur ses résultats 2011 et prévenu que la banque serait en perte cette année en raison de lourdes dépréciations en raison de la crise financière qui traverse la zone euro. 

Le véhicule coté du groupe Crédit agricole, dirigé depuis début 2010 par Jean-Paul Chifflet, indique dans un communiqué qu'il passera 2,5 milliards d'euros de dépréciations dans ses comptes du quatrième trimestre. 

Elles intègrent notamment une dépréciation de près d'un milliard d'euros sur les participations du groupe dans la banque espagnole Bankinter et la banque portugaise Banco Espirito Santo, ainsi qu'une dépréciation d'un milliard d'euros sur des écarts d'acquisition dans la banque de financement et d'investissement (BFI). 

Son directeur financier, Bernard Delpit, s'est refusé lors d'une conférence téléphonique à donner toute estimation de résultats pour le quatrième trimestre.

En dépit des pertes attendues, la banque assure toujours pouvoir atteindre les nouvelles exigences réglementaires de fonds propres sans faire appel au marché.

"Nous atteindrons le ratio Bâle III sur nos ressources propres. Il n'y a pas d'ambiguïté sur ce point", a déclaré Jean-Paul Chifflet lors de cette même conférence de presse.

La banque, qui renonce comme la Société générale à verser un dividende au titre de l'exercice 2011, confirme par la même occasion une information de Reuters selon laquelle 2.350 postes seront supprimés dont 1.750 dans la banque de financement et d'investissement (BFI) et 600 dans le crédit à la consommation.  

21 implantations seront fermées en BFI

Contraint comme les autres banques françaises de renforcer sa solidité financière pour faire face à la crise de la zone euro, le groupe a décidé de réorganiser sa BFI, durement touchée par la crise.

La banque va pour ce faire fermer 21 de ses implantations dans le monde et arrêter les activités de dérivés sur actions et matières premières.

"La problématique est de savoir comment on en est arrivé là", a réagi un syndicaliste du Crédit agricole après avoir rencontré la direction. "Pourquoi la réglementation est ce qu'elle est ? Pourquoi la liquidité pose des problèmes aujourd'hui ?" 

Le Crédit agricole rejoint désormais BNP Paribas et Société générale qui ont aussi annoncé des réductions d'effectifs ces dernières semaines dans le cadre de leur programme de réduction de bilan et d'arrêt de certaines de leurs activités.

Avec la crise que traverse la zone euro, les banques françaises sont contraintes de revoir leur structure de financement. Trop dépendantes des financements à court terme, elles ont entrepris de réduire leurs besoins de financement en dollar.

Le Crédit agricole avait fait savoir fin septembre qu'il entendait réduire de 50 milliards d'euros ses besoins de financements à l'horizon de décembre 2012.

"Au 31 octobre 2011, 9 milliards d'euros sont déjà réalisés", indique la banque.

A la Bourse de Paris, avant l'annonce de son avertissement sur résultat, l'action Crédit agricole a clôturé en forte baisse en raison des inquiétudes des investisseurs sur une dégradation de la note de la France.

Le titre a terminé la séance sur un repli de près de 7% à 4,2250 euros. A ce cours, la capitalisation boursière de la banque a été divisée par deux depuis le début de l'année.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.