Accéder au contenu principal

Le premier tour de la seconde phase des législatives s'achève en Égypte

Après une première phase des élections législatives égyptiennes qui avaient vu une importante percée des islamistes, 18,8 millions d'électeurs étaient appelés, mercredi et jeudi, à attribuer 96 sièges de député.

Publicité

AFP - Les bureaux de vote ont fermé jeudi à 19H00 locales (17H00 GMT) en Egypte, à l'issue de deux jours de scrutin qui se sont déroulés sans incident majeur dans le deuxième tiers du pays.

La participation, de 52% lors du premier tour des législatives, semblait toutefois marquer le pas lors de cette deuxième phase du vote, avec une affluence moins importante devant les bureaux de vote.

Un tiers des 27 gouvernorats du pays, notamment Suez (nord-est), Assouan (sud) et Guizeh (qui englobe une grande partie de l'ouest du Caire), soit 18,8 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes mercredi et jeudi pour élire 96 candidats au scrutin de listes à la proportionnelle.

Un second tour est prévu les 21 et 22 décembre pour attribuer 60 autres sièges de député au scrutin uninominal dans ces gouvernorats.

La Haute commission électorale (HCE) a annoncé le report des opérations de vote dans trois circonscriptions après que des violations de la loi électorale ont été rapportées.

Amr Hamzawy, élu sous l'étiquette du Bloc égyptien (libéral) lors de la première phase des législatives a dénoncé l'"utilisation continue de slogans religieux".

Il a appelé la HCE à "surveiller les listes et les candidats qui continuent" à violer les règles électorales, dans les colonnes du quotidien indépendant Al-Shorouq.

Le chef de la HCE, Abdel Moez Ibrahim, a qualifié lors d'une conférence de presse ces violations de "chose qui me dérange vraiment, vraiment, vraiment beaucoup".

Par ailleurs, la justice militaire a autorisé le blogueur et militant Alaa Abdel Fattah à voter jeudi depuis la prison où il est actuellement en détention provisoire dans la banlieue du Caire, a rapporté l'agence officielle Mena.

La première phase du vote, qui avait concerné notamment Le Caire, Alexandrie (nord) ou Louxor (sud) avait été marquée par un raz-de-marée des formations islamistes, qui avaient remporté au total 65% des suffrages, et entendent désormais consolider leurs gains.

Les Frères musulmans étaient arrivés en tête avec 36% des voix, les salafistes (fondamentalistes sunnites) réalisant une percée surprise avec 24% des suffrages.

Le dernier tiers du pays votera en janvier pour élire ses députés, puis débutera jusqu'en mars l'élection de la Choura (chambre haute consultative).

Le futur Parlement devra former une commission chargée de rédiger la nouvelle Constitution de l'Egypte, le pays le plus peuplé du monde arabe avec plus de 80 millions d'habitants.
 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.