Accéder au contenu principal

Washington et l'ONU lèvent les sanctions contre Tripoli prises à l'époque de Kadhafi

Les États-Unis et l'ONU ont décidé de lever la plupart des sanctions imposées à Tripoli à l'époque de l'ex-Guide Mouammar Kadhafi. Les montants débloqués sont de plus de 30 milliards. Une manne destinée à aider la Libye à se reconstruire.

PUBLICITÉ

AFP - Les Etats-Unis et le Conseil de sécurité des Nations unies ont levé vendredi une grande partie des sanctions imposées à la Libye à l'époque du régime du dirigeant Mouammar Kadhafi, une mesure destinée à aider le pays à se reconstruire selon la Maison Blanche.

Leon Panetta, premier secrétaire américain à la Défense à visiter la Libye, est arrivé samedi à Tripoli afin de saluer le "courage" des Libyens et évaluer de près les besoins du nouveau gouvernement.

Durant sa visite de quelques heures, M. Panetta doit s'entretenir avec le ministre de la Défense Oussama Jouili, un commandant de la rébellion qui a renversé le régime de Mouammar Kadhafi, ainsi qu'avec le Premier ministre Abdel Rahim al-Kib.

Les Etats-Unis ont été l'un des principaux contributeurs à l'opération de l'Otan en Libye qui a contribué à l'éviction de Kadhafi après 42 ans de pouvoir sans partage.

"Après des consultations avec le nouveau gouvernement libyen, les Etats-Unis ont levé la plupart des sanctions américaines" contre le pays, a indiqué le porte-parole du président Barack Obama, Jay Carney, dans un communiqué.

Le Trésor a ensuite précisé que les montants débloqués étaient de "plus de 30 milliards de dollars".

Cette mesure "libère tous les fonds gouvernementaux et de la banque centrale (libyenne) se trouvant sous juridiction américaine, avec quelques exceptions limitées", selon la Maison Blanche. En effet, "les avoirs de la famille Kadhafi et d'anciens membres du régime Kadhafi aux Etats-Unis restent gelés".

Quelques minutes plus tôt, des diplomates avaient indiqué que le Conseil de sécurité avait levé les sanctions pesant sur la banque centrale libyenne et une banque d'investissements étrangers du pays, afin d'éviter toute crise de liquidités.

Un gel des avoirs de la banque centrale de Libye et de la banque libyenne pour l'extérieur avait été mis en place en février dans le cadre des sanctions imposées au régime de Mouammar Kadhafi. Renversé en août par une rébellion armée, l'ancien dictateur a trouvé la mort lors de sa capture en octobre dans sa région natale de Syrte.

Selon M. Carney, le dégel des avoirs du gouvernement libyen aux Etats-Unis, "avec les mesures prises par le Conseil de sécurité, permettront au gouvernement libyen d'avoir accès à la plupart de ses biens dans le monde, et aideront le nouveau gouvernement à superviser la transition et la reconstruction du pays de façon responsable".

Le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, a salué vendredi soir l'annonce de l'ONU sur la Libye, estimant dans un communiqué qu'il s'agissait d'un "nouveau moment important dans la transition libyenne".

M. Hague s'est aussi dit déterminé à faire en sorte que l'Union européenne emboîte le pas à l'organisation internationale et donne son feu vert au déblocage de quelque 10,1 milliards de dollars d'avoirs libyens actuellement gelés en Grande-Bretagne.

 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.