Accéder au contenu principal

L'arrivée de Carlo Ancelotti ouvre une nouvelle ère pour le PSG

Après l’annonce de l’arrivée de David Beckham, le Paris Saint-Germain a finalisé la venue de l’Italien Carlo Ancelotti. Un entraîneur prestigieux dont la renommée pourrait faire basculer le club de la capitale dans la cour des grands d’Europe.

Publicité

Le coach italien Carlo Ancelotti s’est engagé vendredi 30 décembre avec le Paris Saint-Germain (PSG), mettant fin à un feuilleton de plusieurs semaines. L’ancien entraîneur de Chelsea et de l'AC Milan, qui a paraphé un contrat de deux ans et demi avec le club, est devenu le technicien le mieux payé de Ligue 1 (500 000 euros mensuels).

À la tête de l’effectif parisien, il sera assisté de l’ancien milieu de terrain Claude Makelele, un temps pressenti pour prendre la succession d’Antoine Kombouaré. Le rôle de Makelele consistera notamment à assurer le relais entre l’effectif et son entraîneur. Il occupait le poste de conseiller de la direction depuis le début de la saison.

En conférence de presse, Ancelotti n’a en revanche livré que peu d’informations sur le mercato parisien mais a reconnu qu’il y a "une envie commune d’améliorer le club".

Une communication millimétrée

Ancelotti est néanmoins resté très prudent : "Je ne suis pas venu au PSG pour tout bouleverser. Je prends ce championnat français en cours de route. L’équipe est leader de Ligue 1 et a fait de bons matchs. Je suis là pour apporter un peu de mon expérience, de mes connaissances et me faire une idée du comportement de mes joueurs. […] Je veux qu’on ait une bonne organisation. […] Le PSG, cela ne fait aucun doute, dispose d’un potentiel énorme. […] On va chercher le chemin de l’offensive tout en conservant certaines choses. Je veux qu’on produise un jeu dynamique et divertissant, mais surtout efficace."

Questionné sur les rumeurs d’une relocalisation définitive du PSG au Stade de France, le directeur sportif du club Leonardo a botté en touche, précisant simplement qu’une "réflexion générale était lancée".

Même chose sur d’éventuelles arrivées dans les prochains jours. Le Brésilien a assuré qu’en dépit des rumeurs parues dans les médias, le PSG n’avait "soumis aucune offre" pour aucun joueur.

Un rayonnement international

L’arrivée au Camp des Loges d’un staff de renom doit faire un peu plus entrer le PSG dans une nouvelle dimension. À 52 ans, Ancelotti, double vainqueur de la Ligue des Champions avec Milan (2003, 2007), dispose d’un palmarès étoffé.

Aux deux C1 glanées avec les Rossoneri s’ajoute un titre de champion d’Italie en 2004, un Mondial des clubs en 2007 et deux Supercoupes d’Europe (2003 et 2007). Il a également été champion d’Angleterre avec Chelsea, en 2010. À l’époque, les Blues avaient même réalisé le doublé en remportant la Coupe d'Angleterre (FA Cup).

Ancelotti, dont les méthodes s’inspirent largement d'Arrigo Sacchi, Nils Liedholm et Sven Goran Eriksson (trois techniciens de renom), n’est pas seulement un tacticien hors paire. Il est aussi une individualité susceptible de faire briller un peu plus la marque PSG à l’international.

Paillettes, Stars, Goleadors ?

Sportivement déjà, le PSG d’Ancelotti dispose d’une attractivité nouvelle. Les quelques grands noms annoncés au Parc des Princes pour le prochain mercato en disent long sur la renommée du coach milanais.

À la probable signature de David Beckham s’ajoutent les noms du Français Florent Malouda et des deux Brésiliens Kaka et Pato. Ce dernier serait d’ailleurs particulièrement séduit par le challenge parisien, selon les propos de son agent rapportés jeudi par le quotidien L’Équipe.

Tous ces joueurs ont au moins deux choses en commun : un indéniable talent et le fait d’avoir joué sous les ordres d’Ancelotti.

Un démarrage en douceur

En attendant ses nouvelles recrues, Ancelotti aura la possibilité de se faire la main avec son nouvel effectif : direction le Qatar puis Dubaï dès dimanche pour un stage de reprise jusqu’au 5 janvier.

Et le 8 janvier, à Lorient, le maestro transalpin dirigera pour la première fois les solistes parisiens face aux Bretons de Locminé (CFA 2), en 32e de finale de la Coupe de France.

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.