SYRIE

Paris réclame une enquête sur la mort du journaliste français

Le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, a exigé une enquête sur les circonstances de la mort, jeudi, de Gilles Jacquier, tué par un obus à Homs. Il est le premier journaliste étranger à trouver la mort en Syrie depuis le 15 mars.

Publicité

AFP - La France demande que "toute la lumière soit faite sur les circonstances" de la mort en Syrie du journaliste français Gilles Jacquier, travaillant pour la chaîne de télévision France 2, a déclaré mercredi le chef de la diplomatie Alain Juppé.

"Nous demandons qu'une enquête soit menée afin que toute la lumière soit faite sur les circonstances de ce drame" survenu à Homs, a affirmé le ministre dans un communiqué.

Gilles Jacquier se trouvait parmi un groupe de journalistes autorisés par les autorités syriennes à se rendre dans cette ville, épicentre de la contestation contre le régime.

"Nous condamnons vigoureusement cet acte odieux", a-t-il ajouté, en demandant aux autorités syriennes "d'assurer la sécurité des journalistes internationaux sur leur territoire et de protéger cette liberté fondamentale qu'est la liberté d'information".

"Notre ambassadeur à Damas (Eric Chevallier) a pris l'attache du gouvernement syrien pour que toute l'aide nécessaire soit apportée aux personnes qui accompagnaient notre compatriote. Il se rend immédiatement sur place pour leur apporter le soutien des services de l'ambassade", a précisé Alain Juppé, en présentant ses condoléances à la famille de la victime et à France 2.

Gilles Jacquier, grand reporter à France 2 depuis 1999 et prix Albert-Londres en 2003, a été tué lorsqu'un obus est tombé sur le groupe de journalistes, selon un photographe de l'AFP.

Il avait couvert la guerre en Irak, en Afghanistan, au Kosovo et en Israël, et avait réalisé de nombreux reportages pour le magazine Envoyé Spécial.

it

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine