"Bayrou, populiste light?"

Presse française, Lundi 16 janvier. Au menu de la presse française ce matin, la dégradation de la note française et celle de huit autres pays de la zone euro; une décision qui vient rebattre les cartes du jeu politique à quelque cent jours de la présidentielle.

Publicité

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
  
On commence cette revue de presse française avec la Tribune, qui revient comme l’ensemble de vos journaux ce matin, sur la dégradation des notes de 9 pays de la zone euro.
 
Une dégradation signée Standard and Poor’s qui fait «craquer l’Europe» d’après la Tribune, pour qui cette décision vient acter une Europe à plusieurs vitesses, une Europe où l’Allemagne se retrouve dans la situation très inconfortable du bon élève qu’on appelle au secours.
La Tribune rappelle ce matin que «dans la longue histoire des coups de pied au cul, ce n’est, généralement pas le pied le plus coupable», et que «tant que l’on aura besoin de placer des emprunts d’Etat auprès d’investisseurs étrangers, il faudra accepter le jugement qu’ils portent sur la qualité de la signature de notre pays».
Le journal constate qu’«au cours des dix dernières années, la France a décroché comme jamais elle ne l’avait fait auparavant de son principal partenaire et concurrent, l’Allemagne, qui elle a fait les réformes nécessaires pour conserver son rang».
 
La dégradation des notes européennes sur laquelle reviennent également les Echos, qui titrent sur cette «Europe déclassée», «la conséquence logique, et presque inévitable, de l’affaiblissement collectif des pays de la zone euro, incapables d’apporter une solution durable à la crise de la dette grecque».
Une dégradation qui «interdit aujourd’hui au pouvoir politique, et à l’ensemble de la classe politique, de fuir leurs propres responsabilités» et qui signifierait surtout la nécessité de mettre fin à cette «forme d’usurpation comptable qui s’appelle la dette».
 
L’endettement, coupable désigné d’après les Echos, tandis que l’Humanité évoque plutôt ce matin la «faillite» des politiques d’austérité qui ont été mises en œuvre un peu partout en Europe et surtout, d’après l’Humanité, sous l’impulsion du tandem Sarkozy-Merkel. L’Humanité explique que «le triple A français vient de mourir et que ceux-là mêmes qui en avaient agité la menace durant des mois» essaient désormais de «s’acquitter de leur échec».
 
Un déficit de croissance qui préoccupe aussi beaucoup le quotidien la Croix, qui écrit que dans l’immédiat, «les effets sur la vie quotidienne des Français devraient être limités» et que la France «n’est pas sans atout face à la crise, et dispose, notamment, d’une main d’œuvre productive et hautement qualifiée», et que la priorité aujourd’hui, c’est la croissance et la préservation des emplois.
 
Le président français pour qui cette nouvelle tombe on ne peut plus mal à quelque cent jours du premier tour de la présidentielle. Comment la dégradation de la note française vient «rebattre les cartes» pour Nicolas Sarkozy, et les autres, c’est à la Une du Figaro, qui a choisi de concentrer ses attaques sur François Hollande et ce que serait son «triple défaut».
 
Alors à qui profite la mauvaise note ? C’est la question posée ce matin par Libération: ce ne serait pas François Hollande, et encore moins Nicolas Sarkozy, mais François Bayrou, Marine le Pen et Jean-Luc Mélenchon qui seraient le mieux placés pour profiter de la dégradation de la note française, trois candidats autoproclamés «antisystème».
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine