PAKISTAN

Pervez Musharraf sera arrêté s'il revient au Pakistan, selon le ministre de l'Intérieur du pays

L'ancien président du Pakistan sera emprisonné s'il rentre au Pakistan, comme il en a l'intention. Visé par deux mandats d'arrêt, il vit à Londres depuis trois ans. L'annonce de son retour a semé le trouble dans le pays.

Publicité

AFP - L'ancien président Pervez Musharraf sera arrêté s'il revient au Pakistan ce mois-ci comme il en a l'intention, a annoncé mercredi le ministre de l'Intérieur Rehman Malik.

"J'affirme devant cette assemblée que s'il atterrit au Pakistan, il sera arrêté" car il y est recherché par la police, a déclaré M. Malik au Sénat à propos de M. Musharraf. "Trois plaintes ont été déposées contre lui, il sera donc arrêté", a-t-il ajouté.

M. Musharraf, au pouvoir entre le coup d'Etat fomenté en 1999 et 2008, vit depuis à Londres. Il est notamment visé au Pakistan par un mandat d'arrêt émis en février 2011 dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat de l'ex-Premier ministre Benazir Bhutto, à la fin 2007.

Un autre mandat d'arrêt émis contre lui concerne la mort d'Akbar Bugti, un leader indépendantiste de la province instable du Baloutchistan (sud-ouest) tué lors d'un raid de l'armée en août 2006.

Pervez Musharraf a annoncé le 9 janvier qu'il rentrerait dans son pays "entre le 27 et le 30 janvier", après plus de trois ans d'exil volontaire.

"Je suis prêt à me battre devant les tribunaux et je prouverai que toutes les plaintes contre moi sont sans fondement", a-t-il alors déclaré.

L'annonce de son retour a mis la pression sur le fragile et impopulaire gouvernement du président Asif Ali Zadari, qui lui a succédé en 2008 et est empêtré dans plusieurs affaires, de corruption présumée notamment.
 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine