"Epines et petits pois"

Presse française, Jeudi 19 janvier. Au menu de la presse française ce matin, le décryptage du sommet «social» devenu sommet «de crise», convoqué par Nicolas Sarkozy, pour tenter d’enrayer la remontée du chômage, des proches de Nicolas dans le collimateur de la justice, et le retour de «la mohair supérieure», Anne Sinclair.

Publicité

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook…

 

On commence cette revue de presse française avec la Tribune, qui revient sur le sommet d’hier entre les syndicats et le patronat français.

 

Un sommet «social» rebaptisé sommet «de crise», à l’issue duquel le gouvernement a annoncé tour un train de mesures pour tenter d’aider l’emploi; ce qui n’a pas encore été décidé, pour le moment, c’est le montant du relèvement de la TVA «sociale», et les réformes à engager pour augmenter la flexibilité du travail, car sur ces sujet, c’est toujours l’affrontement entre les syndicats et le patronat.

«Le report des décisions qui fâchent» est à la Une de la Tribune, qui se demande si Nicolas Sarkozy n’a pas décidé dans un premier temps de déminer le terrain, avant d’engager des réformes plus douloureuses. Le journal balaie les réformes annoncées en écrivant: «finir ce par quoi Nicolas Sarkozy aurait dû commencer, voilà une destin inattendu pour un quinquennat de rupture».

 

Du côté du Figaro, on salue les propositions faites par le gouvernement, et on s’amuse  des bisbilles entre socialistes au sujet de la création de 60 000 emplois dans l’Education nationale.

François Hollande a annoncé que la création de 60 000 postes se ferait finalement par redéploiement, c’est-à-dire sans nouvelles embauches, une annonce accueillie avec tiédeur, c’est un euphémisme par son propre porte-parole Benoît Hamon. Bref, écrit le Figaro, «quand (François Hollande) dit blanc, celui qui parle au nom du parti dit noir et s’en excuse à peine. Il a un adversaire à l’extérieur, qui s’appelle Nicolas Sarkozy. Il en a dix fois plus à l’intérieur. Il lui reste trois mois pour tenter de les faire taire. Or, ils sont bavards».

 

Des candidats gênés aux entournures par leur entourage, c’est à voir aussi à la Une de Libération, qui s’est penché sur ces affaires qui visent des proches de Nicolas Sarkozy.

L’affaire Bettencourt, l’affaire des fadettes du Monde, et l’affaire Karachi, des enquêtes menées en ce moment les juges Zimermann, Van Ruymbeke et Gentil et qui «inquiètent» Nicolas Sarkozy, d’après Libération.

Libé qui rappelle que les relations entre Nicolas Sarkozy, et les magistrats n’ont jamais été au beau fixe, et que ces magistrats que le président avait qualifiés de «petits pois» en 2008 pour critiquer leur manque de diversité, sont en train de mettre à jour une «pratique cavalière du pouvoir».

 

Et parmi les mis en cause dans l’affaire des fadettes du Monde, il y aurait, notamment, le procureur de Nanterre Philippe Courroye. Le magistrat, qui est soupçonné d’avoir violé le secret des sources du journal le Monde a accordé une interview au Parisien pour expliquer son refus de démissionner malgré sa mise en examen.

 

A voir pour terminer une enquête de la Croix, sur la façon dont les Français jugent les médias. Les Français disent être toujours être très intéressés par l’information, mais qui voudraient des médias plus indépendants.

 

Les Français qui ont dit, dans neuf cas sur dix, qu’on avait trop parlé de l’affaire DSK mais n’ont pas dit en revanche ce qu’ils pensaient du grand retour au journalisme d’Anne Sinclair, son épouse. «Le retour de la Mohair supérieure» qui est évoqué ce matin dans Libération.

 

Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine