Accéder au contenu principal

Attentat-suicide contre une base de l'armée éthiopienne

Un attentat-suicide a été perpétré contre une base de l'armée éthiopienne à Beledweyne, dans le centre de la Somalie. Un commandant shebab a revendiqué l'attaque et assuré qu'elle avait fait de "nombreux morts". Aucun bilan n'a pu être confirmé.

PUBLICITÉ

AFP - Un insurgé islamiste somalien a perpétré un attentat suicide mardi matin contre une base de l'armée éthiopienne à Beledweyne, dans le centre de la Somalie, a-t-on appris de sources concordantes.

Un commandant shebab, qui a revendiqué l'attentat auprès de l'AFP au nom des insurgés islamistes, a assuré qu'il avait fait "de nombreux morts", mais aucun bilan n'a pu être confirmé immédiatement de source indépendante.

"Une grosse explosion a complètement secoué la ville, cela s'est produit sur la base où sont stationnées les forces éthiopiennes et les premiers renseignements indiquent qu'il s'agit d'une attaque suicide", a indiqué pour sa part à l'AFP Mohamed Osman, un responsable local de la sécurité.

L'assaillant "a été tué par les gardes de la sécurité avant qu'il n'atteigne la porte et il a fait sauter le véhicule", a poursuivi Mohamed Osman, indiquant qu'une enquête était en cours sur cette attaque menée contre l'armée éthiopienne, installée dans la ville de Beledeweyne depuis début janvier.

"Un des combattants moudjahidine a mené une mission suicide et a détruit la plus grande base de soldats chrétiens venant d'Ethiopie", a affirmé de son côté un commandant shebab, demandant à ne pas être nommé.

Selon des témoins, le kamikaze était au volant d'un minibus rempli d'explosifs.

"C'était une très forte explosion qui a secoué les bâtiments dans la plus grande partie de la ville. J'ai vu des flammes et de la fumée dans le ciel mais personne ne peut s'approcher de la zone maintenant car les troupes éthiopiennes ont bloqué la zone", a indiqué Abdulkadir Isak, un habitant.

L'armée éthiopienne a lancé en novembre une offensive dans l'ouest du pays contre les rebelles shebab, qui contrôlent de grandes parties du sud et du centre de la Somalie, mais qui font face à une pression militaire accrue depuis l'entrée en Somalie des troupes kényanes puis éthiopiennes.
 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.