Accéder au contenu principal

Les Nations unies s'inquiètent des agissements des brigades révolutionnaires

Accusées d'avoir provoqué des incidents à Bani Walid et de détenir des milliers de personnes dans des prisons secrètes, les milices révolutionnaires qui ont combattu les troupes de Kadhadi sans être réintégrées dans l'armée inquiétent l'ONU.

PUBLICITÉ

AFP - Les Nations unies sont préoccupés par les "brigades révolutionnaires" en Libye, accusées d'avoir provoqué des incidents à Bani Walid et de détenir des milliers de personnes dans des prisons secrètes, ont dit mercredi deux responsables de l'ONU.

La Haut commissaire pour les droits de l'Homme Navi Pillay a souligné que le gouvernement libyen n'avait "pas encore établi de contrôle effectif" sur ces "brigades révolutionnaires" qui ont combattu les troupes de Kadhafi mais n'ont pas été réintégrées dans l'armée régulière.

Elle s'est dit "très inquiète des conditions de détention des personnes détenues par les Brigades", dont "un grand nombre de ressortissants de l'Afrique subsaharienne" accusées d'avoir soutenu Kadhafi. Ses services ont reçu "des informations alarmantes de torture" dans ces centres de détention secrets.

"Tous les centres de détention doivent être mis sous le contrôle" du gouvernement de Tripoli, a-t-elle affirmé. Elle a aussi estimé que l'armement dont dispose les brigades est "une menace pur les droits de l'Homme".

Le représentant spécial de l'ONU en Libye, Ian Martin, a mis en cause les brigades dans des incidents sanglants qui ont eu lieu récemment à Bani Walid, ancien bastion du régime déchu, et à Tripoli.

"Bien que les autorités aient réussi à contrôler ces incidents (...) il est toujours possible que de telles flambées de violence se reproduisent et mènent à une escalade", a-t-il estimé lors d'un débat au Conseil de sécurité sur la Libye.

Le ministre libyen de la défense a reconnu mercredi que les combats à Bani Walid "n'ont pas eu lieu entre des thowars (révolutionnaires, en arabe) et des partisans de Kadhafi mais entre deux groupes de jeunes gens. L'un d'eux était la brigade du 28-Mai".

Par ailleurs, Mme Pillay a estimé que l'OTAN devrait fournir des renseignements sur les mesures prises pour éviter les pertes civiles lors des bombardements qui ont précédé la chute de Mouammar Kadhafi l'an dernier. "Pour l'instant tout indique que l'OTAN a fait des efforts pour réduire au minimum les pertes civiles (..) mais elle devrait fournir des informations" sur les cas de pertes civiles "et sur les mesures de prévention prises", a-t-elle déclaré devant le Conseil.
 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.