ÉTHIOPIE

Le chef de l'État béninois élu président de l'Union africaine

Les membres de l'Union africaine sont réunis en sommet à Addis Abeba en Éthiopie depuis ce dimanche dans des locaux neufs offerts par Pékin. Ils ont élu le chef de l'État béninois, Thomas Boni Yayi au poste de président.

Publicité

AFP - Le chef de l'Etat béninois Thomas Boni Yayi, élu dimanche président de l'Union africaine, est un économiste de 59 ans qui a été reconduit en mars 2011 à la tête de la petite nation ouest-africaine.

Les dirigeants du continent, réunis en sommet à Addis Abeba, l'ont choisi pour les représenter et présider -- de façon largement symbolique -- l'UA dans l'année à venir. Il succède à l'Equato-guinéen Teodoro Obiang Nguema.

Les noms de deux autres candidats à la présidence de l'UA avaient circulé ces derniers jours: ceux des présidents gambien, Yahya Jammeh, et nigérian, Goodluck Jonathan.

Mais selon des sources concordantes, les pays d'Afrique de l'Ouest, dont le tour était venu d'assurer cette présidence, avaient décidé dès samedi soir de retenir la candidature du Béninois.

Thomas Boni Yayi est entré en politique sur le tard après avoir dirigé la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) de 1994 à 2006 et officié une douzaine d'années à la Banque centrale des Etats d'Afrique de l'Ouest (BCEAO).

Après l'instauration du multipartisme au Bénin, il est retourné dans son pays pour travailler aux côtés de Nicéphore Soglo, premier président démocratiquement élu (1991 à 1996) qui lui a confié des missions économiques de 1992 à 1994.

M. Yayi remporte son premier quinquennat en 2006, porteur de changement dans une nation marquée par trente ans de pouvoir du général dictateur Mathieu Kérékou.

Son image de pourfendeur de la corruption a été écornée par plusieurs scandales financiers mais les Béninois l'ont reconduit en mars 2011.

Parmi ces scandales, l'"affaire Madoff à la béninoise", en 2010. Des milliers de Béninois ont été ruinés dans le cadre d'une escroquerie aux dépens de petits épargnants, semblable à celle qui a valu en 2009 150 ans de prison à l'Américain Bernard Madoff.

Boni Yayi a été accusé de complicité par l'opposition qui a dénoncé ses liens avec l'une des sociétés d'épargne impliquées. Il s'est défendu face à ces accusations.

Sur le plan économique et social, le président, un homme souriant, portant lunettes et moustache, a multiplié les mesures pour faire reculer la pauvreté dans son pays de 9,3 millions d'habitants.

Il a notamment mis en place un vaste programme de micro-crédits destinés aux plus démunis et décrété la gratuité de l'école primaire, faisant grimper le taux de scolarisation.

Depuis 2011 et une nette hausse de la piraterie maritime dans le Golfe de Guinée, le président Yayi est impliqué dans des initiatives régionales et internationales visant à enrayer le phénomène qui menace l'économie du Bénin, largement basée sur ses activités portuaires.

Né en 1952 à Tchaourou (nord) dans une famille musulmane, Thomas Boni Yayi a été élevé par un oncle et s'est converti pour devenir chrétien évangéliste.

Une maîtrise d'économie en poche, il a poursuivi ses études en France, obtenant en 1986 un doctorat de 3e cycle consacré aux questions monétaires, puis en 1991 un doctorat ès Sciences Économiques de l'Université de Paris IV Dauphine. Il est marié et père de cinq enfants

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine