SÉNÉGAL

L’ONU s’inquiète des violences pré-électorales au Sénégal

Au lendemain de la dispersion d’une manifestation de l’opposition qui s’est soldée par la mort d’un jeune, Ban Ki-moon a appelé les mouvements politiques sénégalais à s’abstenir de toute violence à l'approche de la présidentielle.

Publicité

AFP - Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon s'est dit "préoccupé par la montée des tensions" au Sénégal à l’approche de l’élection présidentielle du 26 février, exhortant les acteurs politiques à s'abstenir de toute violence, indique un communiqué diffusé mercredi.

Le secrétaire général de l'ONU "est préoccupé par la montée des tensions au Sénégal à l’approche" de la présidentielle, indique ce communiqué de son porte-parole transmis à l'AFP à Dakar.

"Le secrétaire général exhorte tous les partis politiques et acteurs nationaux à s’abstenir de toute violence dans la poursuite de leurs objectifs et de résoudre tous griefs électoraux par des moyens pacifiques", poursuit le texte.

M. Ban "appelle tous les acteurs concernés à créer les conditions propices à des élections transparentes, crédibles et pacifiques qui reflètent les préoccupations et aspirations légitimes du peuple sénégalais".

Il a souligné par ailleurs "la nécessité pour les autorités d’agir de manière à préserver et à consolider les traditions démocratiques du Sénégal qui sont aux fondements de sa longue histoire de stabilité et de cohésion sociale", conclut le communiqué.

A l'appel du Mouvement du 23 juin (M23), qui regroupe des représentants de l'opposition et de la société civile, des milliers de personnes se sont rassemblées mardi à Dakar pour exiger le retrait de la candidature à la présidentielle du chef de l'Etat sortant Abdoulaye Wade, 85 ans dont 12 au pouvoir, candidature dont la validité a été confirmée le 29 janvier par le Conseil constitutionnel.

Après plusieurs heures sans incident, le rassemblement a été dispersé par la police à coup de grenades lacrymogènes en début de soirée. Un jeune a été tué lors de la dispersion, renversé par un véhicule.

Ce rassemblement s'est tenu après des violences qui ont éclaté le 27 janvier à Dakar et dans d'autres villes à l'annonce de la validation de la candidature Wade. Au total, ce sont quatre personnes, dont un policier, qui ont été tuées depuis le 27 janvier dans des violences liées à ces tensions politiques.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine