Accéder au contenu principal
Reporters

Les visages de la précarité en France

Près d’un quart des Français connaissent des fins de mois très difficiles, selon une étude du Conseil économique et social. Ces "nouveaux pauvres" sont étudiants, parents célibataires, travailleurs précaires ou retraités. Notre reporter est allée à leur rencontre.

PUBLICITÉ

Avec l’augmentation des charges incompressibles comme le loyer, les transports, l’électricité et la santé, les petits salaires ont du mal à faire face. Entre 12 et 15 millions de Français, qui gagnent plus que le seuil de pauvreté, 954 euros par mois, connaissent l’angoisse des fins de mois.

Il n’a pas été facile de trouver des personnes qui acceptent de parler de leurs difficultés. Parfois par honte, souvent par pudeur, beaucoup n’ont pas souhaité ouvrir leur porte. Loriane, Régis, Juliette et Agnès ont accepté.

Leur point commun est d’être seul face aux dépenses et de ne pas être propriétaire de leur logement.

On pourrait croire qu’ils en veulent à l’État de ne pas les aider, de ne pas prendre leurs spécificités en compte. Il y a un peu de cela : ils disent que les hommes politiques sont "déconnectés de la réalité", qu’ils ne réalisent pas les problèmes qu’ils doivent affronter, que la revalorisation des salaires ou des aides n’ont pas suivi l’inflation et l’augmentation générale des prix. Mais ils sont conscients que la crise touche la France et que les temps sont durs pour le pays.

J’ai été surprise par leur culpabilité, leur fatalité. Car bien plus que l’État, c’est eux-mêmes qu’ils blâment pour leur parcours chaotique, pour des mauvaises décisions prises, pour ne pas avoir suivi le bon cursus scolaire.

Mais il y une réalité :  le salaire minimum d’environ 1 100 euros ne suffit plus. Ils sont 2.2 millions de travailleurs comme Juliette à devoir cumuler un ou plusieurs emplois pour s’en sortir.

Pour les seniors, c’est le même constat. La retraite moyenne des 15 millions de personnes concernées s’élève à 1 200 euros.

Les associations caritatives sont nombreuses à tirer la sonnette d’alarme. En trois ans, les Restos du cœur, créés par l’humoriste Coluche, ont accueillis 25  % de personnes en plus. Lors de la dernière campagne 2010-2011, environ 109 millions de repas ont été distribués. Pour de nombreux Français, il n’y a plus de honte à franchir leur porte pour demander de l’aide.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.