Accéder au contenu principal

Les propos de Guéant sur les civilisations continuent d'alimenter la polémique

En déclarant "les civilisations ne se valent pas", le ministre de l'Intérieur a déclenché une polémique qui ne dégonfle pas. L'opposition dénonce un dérapage contrôlé et certains le soupçonnent de vouloir chasser sur les terres du Front national.

PUBLICITÉ

"Toutes les civilisations ne sont pas égales." Depuis que le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, a lâché cette petite phrase samedi 4 février au cours du congrès annuel de l’association étudiante de droite UNI, la polémique ne dégonfle pas.

L'opposition, Parti socialiste (PS) en tête, a sonné la charge contre le ministre de l'Intérieur, qui a également expliqué lors de cette soirée que "celles [les civilisations, ndlr] qui défendent l’humanité nous paraissent plus avancées que celles qui la nient, celles qui défendent la liberté, l’égalité et la fraternité nous paraissent supérieures à celles qui acceptent la tyrannie, la minorité des femmes, la haine sociale ou ethnique". Le candidat socialiste François Hollande a réagi, lundi, sur Twitter : "Guéant ferait mieux de s'occuper de la société plutôt que de faire des phrases sur la civilisation", a-t-il glissé. Ségolène Royal, elle, dénonce un "dérapage contrôlé et parfaitement volontaire qui porte atteinte à la France". Une indignation partagée par le candidat du Modem, François Bayrou, qui estime que "ce qui est visé, c’est l’islam".

De leur côté, la plupart des membres du gouvernement ont fait bloc derrière Claude Guéant à l’image de Gérard Longuet, ministre de la Défense. "La politique, c'est d'exprimer des convictions, on n'est pas obligé de se battre uniquement sur des chiffres économiques, on peut dire : 'je préfère ce modèle de société'", a-t-il déclaré. "Je l'aurais dit différemment, mais je pense la même chose", a-t-il ajouté.

"Opération réussie"

Etait-il prévisible que cette formule, à l’origine diffusée sur Twitter par un étudiant en journalisme présent lors de cette réunion à huis clos, ait un tel impact médiatique ? "Ce sont des phrases de campagne qui font très fortement réagir le microcosme politico-médiatique. Opération réussie", commente Jérôme Fourquet, directeur adjoint du département opinion de l’Ifop.

Il est vrai que Claude Guéant est un habitué des petites phrases chocs. En mars 2011, il avait affirmé dans le quotidien "Le Monde" que les Français "veulent que la France restent à la France", précisant quelques jours plus tard que les "Français, à force d’immigration incontrôlée, ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux". En avril, il a également déclaré lors d'un déplacement à Nantes que le nombre de fidèles musulmans en France posait "problème".

Le ministre de l’Intérieur a confirmé ses dires sur les civilsations dans "Le Figaro" en date du 6 février. "J'ai tenu des propos de bon sens, des propos d'évidence pour rappeler que toutes les civilisations ne se valent pas au regard des valeurs humanistes qui sont les nôtres", a-t-il déclaré en précisant vouloir défendre la démocratie, les libertés individuelles et les droits de femmes. Des propos qui ne sont pas sans rappeler ceux de Silvio Berlusconi qui avait déclaré en 2001 : "Il faut être conscient de notre suprématie, de la supériorité de la civilisation occidentale [qui a garanti] le respect des droits humains, religieux et politiques, qui n’existent pas dans les pays islamiques."

Mais cette phrase ne fait pas l'unanimité dans les rangs du gouvernement, à l'instar du ministre des Affaires étrangères Alain Juppé qui a pris ses distances avec les termes employés : "Moi je ne parlerais pas de choc de civilisation car je pense que c’est inadéquat", a-t-il nuancé en soulignant qu’il "n’y avait que le dialogue et l’échange qui peuvent être porteurs de progrès" dans le monde. L’ancienne secrétaire d’État aux Droits de l’Homme Rama Yade regrette aussi que le terme "civilisation" ait été utilisé à mauvais escient. "Ce n’est pas le mot civilisation qui aurait dû être employé mais le mot régime politique."

"Dresser l’individu contre l’individu"

Si beaucoup de politiciens ont réagi sur l’emploi du terme "civilisation", Florence Braunstein, co-auteur du livre "Les Grandes civilisations pour les Nuls", s’indigne davantage de l’emploi du verbe "valoir". "Ces propos sont une aberration. Comment mettre sur une échelle hiérarchique des civilisations ?, vitupère-t-elle. Chaque civilisation a ses valeurs, on peut les comparer mais pas les juger. Avec cette phrase, il dresse l’individu contre l’individu." Et de poursuivre : "Une société qui ne connaît pas l’écriture, mais qui possède une tradition orale forte comme c’est le cas en Afrique constitue une richesse extraordinaire."

Nul doute, selon Jérôme Fourquet, que Claude Guéant n’a pas fait d’impair dans sa formulation. "Il savait très bien ce qu’il disait", commente-t-il. "Il a envoyé un signe électoral fort à une partie de l’électorat" en chassant sur les terres du Front national

La polémique déclenchée par les déclarations de Claude Guéant intervient au moment où un sondage Ifop pour le "JDD" sur l'hypothèse d'une non-candidature de Marine Le Pen montre que la moitié de ses électeurs sont aussi ceux de Nicolas Sarkozy.

"Reste à savoir si la campagne va tourner autour de ce sujet sociétal, s’interroge Jérôme Fourquet. Si ce genre de petites phrases se reproduit, cela voudra dire que le thème de l'identité nationale pourrait structurer la campagne du candidat UMP, poursuit-il. Sinon la polémique devrait vite retomber." 

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.