Accéder au contenu principal
ITALIE

La justice requiert cinq ans de prison contre Silvio Berlusconi

3 mn

Cinq ans de prison ont été requis mercredi contre l'ancien président du Conseil italien Silvio Berlusconi pour corruption. Une éventuelle condamnation aurait surtout une portée symbolique car les faits sont prescrits.

Publicité

REUTERS - Cinq ans de prison ont été requis mercredi contre Silvio Berlusconi dans un procès pour corruption, peine qui ne pourra sans doute pas être appliquée car les faits sont prescrits.

L'ancien président du Conseil italien est accusé d'avoir versé 600.000 dollars à un avocat britannique, David Mills, pour qu'il produise un faux témoignage sur ses intérêts économiques.

Une éventuelle condamnation dans cette affaire de Silvio Berlusconi, 75 ans, aurait surtout une portée symbolique, car ses avocats pourraient faire appel et les poursuites devraient alors être abandonnées, les faits remontant à 1997.

"Il Cavaliere", qui a démissionné en novembre sur fond de scandales et de chaos sur les marchés financiers, fait l'objet de trois procès pour corruption, fraude fiscale et relations sexuelles tarifées avec une prostituée mineure.

Le procureur milanais Fabio de Pasquale a indiqué devant le tribunal que l'accusation de corruption serait effacée entre début mai et mi-juillet.

David Mills, époux de l'ancienne ministre travailliste britannique Tessa Jowell, a déjà été condamné à quatre ans et demi de prison pour avoir accepté le pot-de-vin.

Il a reconnu en décembre avoir menti en affirmant au fisc britannique avoir reçu les 600.000 dollars de la part d'un associé de Silvio Berlusconi. Il a également assuré que l'ancien président du Conseil n'avait rien à voir dans cette affaire.

Selon le parquet, Silvio Berlusconi a payé David Mills pour faire de faux témoignages dans d'autres affaires.

Les avocats de l'ancien chef du gouvernement, qui nie toute malversation et se dit persécuté par la justice, soutiennent que les faits sont prescrits et ont demandé à ce que le dossier soit confié à d'autres magistrats. Un deuxième tribunal doit se prononcer sur cette demande le 18 février.

Silvio Berlusconi fera l'objet d'un nouveau procès le 15 mars. Il est cette fois accusé d'avoir divulgué des informations confidentielles au sujet d'un scandale bancaire. Le procès Mills se prolonge quant à lui jusqu'au 25 février.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.