Accéder au contenu principal

"Jean-Luc Mélenchon ne change pas de discours toutes les cinq minutes"

Candidat du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon a organisé, ce dimanche, un grand rassemblement à ciel ouvert place de la Bastille, à Paris, au terme d'un défilé qui a rassemblé plusieurs dizaines de milliers de personnes. Réactions de sympathisants.

Publicité

Photos prises dans le cortège

Selon le Front de gauche, ils étaient 120 000 à battre le pavé, ce dimanche, entre la place de la Nation et la place de la Bastille, à Paris, où se tenait un meeting de Jean-Luc Mélenchon, candidat à la présidentielle. Un chiffre impossible à recouper, la police n'ayant effectué aucun comptage pour ne pas interférer dans la campagne.

FRANCE 24 est allé à la rencontre de six sympathisants présents dans le cortège pour connaître leurs convictions et les raisons qui les pousseront à voter pour le candidat du Front de gauche au premier tour de l'élection présidentielle.

Mathieu, 23 ans, est étudiant en sociologie à l'université de Nantes. Parti tôt ce dimanche matin de Loire-Atlantique, il dit être venu "soutenir la démarche du Front de gauche de créer une VIe République qui répartirait mieux les pouvoirs". Jean-Luc Mélenchon est le seul candidat qui porte les valeurs qu'il défend. Aussi, sans hésitation, il votera pour lui le 22 avril. De toute façon, pour Mathieu, "il faut toujours voter suffisamment rouge au premier tour, ce sera toujours suffisamment rose par la suite".

Hélène, 65 ans, retraitée de l'éducation nationale, était dans la rue "pour une révolution citoyenne" destinée, dit-elle, à "sauver la République". Le 22 avril, elle espère que Jean-Luc Mélenchon fera un score important pour qu'il soit ensuite possible d'"influencer un peu le Parti socialiste".

José, 51 ans, est technicien dans la région lyonnaise. "La valeur vraiment de gauche, c'est l'humanisme", dit-il tout de go. S'il était dans la rue ce dimanche, c'est pour "remettre en question une Ve République très monarchique". Lui veut que les "valeurs humaines" soient remises au centre pour "faire évoluer une société pour le bien de tout le monde et pas le bien de quelques-uns".

Marie-Thérèse, 67 ans, est "retraitée de l'autoroute". Depuis 2005, elle suit Mélenchon qui "a un discours [...] tellement clair". Tout lui plaît dans son programme. "Il ne change pas de discours toutes les 5 minutes. Moi je m'y retrouve bien", juge-t-elle. Le 22 avril, elle espère que son candidat "sera en tête" au premier tour.

Thomas, 24 ans, salarié dans la finance solidaire, habite à Paris. Il est venu "en curieux" pour "participer à un événement important, populaire, avec une ferveur militante". Le 22 avril, il votera Mélenchon, sans hésitation, même s'il se dit proche de certaines idées d'Europe Écologie-Les Verts.

Jean, 40 ans, originaire de Montpellier, est issu du monde ouvrier et fils d'immigrés grecs. C'est au cours d'un meeting du candidat du Front de gauche qu'il a été "convaincu". "On doit montrer que l'on existe […]. Avec Sarkozy, ça va encore rendre plus faible le pouvoir d'achat des ouvriers."

(Photos et son : Steven Jambot / FRANCE 24)

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.