Accéder au contenu principal

Le président Amadou Toumani Touré démissionne officiellement

Le président malien destitué Amadou Toumani Touré a formellement quitté ses fonctions à la tête du pays, condition préalable au départ de la junte militaire installée au pouvoir depuis son coup de force du 22 mars.

PUBLICITÉ

AFP - Le président malien Amadou Toumani Touré, renversé par un putsch le 22 mars, a officiellement démissionné, a annoncé dimanche la médiation burkinabè, ouvrant la voie au départ de la junte installée au pouvoir depuis sa chute.

"Dans le cadre de l'accord" de sortie de crise signé vendredi, "nous venons de recevoir la lettre de démission formelle du président ATT", son surnom, a déclaré devant la presse le ministre burkinabè des Affaires étrangères Djibrill Bassolé, après une rencontre à Bamako avec le chef de l'Etat déchu.

"Nous allons donc saisir les autorités compétentes pour que la constatation de la vacance de la présidence soit faite et qu'on puisse prendre les mesures appropriées", a-t-il poursuivi. "Le travail continue, ma mission continue", a-t-il ajouté, sans vouloir s'avancer sur un calendrier.

La junte a conclu vendredi un "accord-cadre" avec la médiation conduite par le Burkina pour le compte de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), par lequel elle s'engage à rendre le pouvoir aux civils après la démission d'Amadou Toumani Touré.

M. Bassolé a rencontré ATT au domicile d'un proche de l'ex-président, situé dans un quartier de l'ouest de la capitale et surveillé par des militaires.

Le chef de la junte, le capitaine Amadou Sanogo, se trouvait dimanche après-midi à l'hôtel de Bamako où Djibrill Bassolé et le président de l'Assemblée nationale, Dioncounda Traoré, ont établi leurs quartiers.

Le capitaine Sanogo doit désormais se retirer au profit de M. Traoré, qui sera le président de la période de transition devant s'achever par des élections présidentielle et législatives à une date non précisée.

Le premier défi des nouvelles autorités sera de tenter de pacifier le nord du pays, passé il y a une semaine sous le contrôle de rebelles touareg, d'islamistes armés et de divers groupes criminels.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.