Accéder au contenu principal

Quand Raymond Aubrac racontait la Résistance

Grande figure de la Résistance, Raymond Aubrac est morte mardi soir à l'âge de 97 ans à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce. FRANCE 24 a compilé plusieurs entretiens durant lesquels il raconte son combat contre l'Occupation et la barbarie nazie.

Publicité

Le grand résistant Raymond Aubrac, l'une des dernières grandes figures de la Résistance est mort ce mardi 10 avril à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce à l'âge de 97 ans.

De son vrai nom Raymond Samuel, Raymond Aubrac est né le le 31 juillet 1914 dans une famille de commerçants juifs de Vesoul. Ingénieur des Ponts et Chaussées, il s'engage dès 1940 dans la Résistance aux côtés de Lucie, son épouse, avec qui il fonde le mouvement Libération Sud.

Devenu attaché à l'état-major de l'Armée secrète, Raymond Aubrac est le dernier survivant des chefs de la Résistance réunis et arrêtés le 21 juin 1943 à Caluire (Rhône), avec le chef du Conseil national de la Résistance (CNR), un certain Jean Moulin.

Emprisonnés à Montluc, Raymond Aubrac et 14 résistants sont libérés grâce à un intrépide raid de commando monté par sa femme. Recherché par la Gestapo, le couple part pour Londres, puis Raymond gagne Alger, où il devient délégué à l'Assemblée consultative en juin 1944.

Toute sa vie, Raymond Aubrac est resté un citoyen très actif, proche de la gauche, se rendant pendant des années dans les collèges et les lycées en compagnie de sa femme (morte en 2007 à l'âge de 92 ans) pour témoigner et raconter la Résistance.

Au cours d'un entretien avec RFI, en 2010, il a expliqué quelles étaient pour lui les valeurs de la Résistance.

Dans cet autre entretien, il évoque la délation pendant l'Occupation et ses conséquences.

Raymond Aubrac avait appelé à voter François Hollande au premier tour de la prochaine élection présidentielle. Le candidat socialiste a salué mercredi dans un communiqué le "grand résistant", qui fut avec Lucie Aubrac au nombre de ces "justes" qui trouvèrent "la force" de s'opposer à la "barbarie nazie".

Le président Nicolas Sarkozy a quant à lui "tenu à rendre, très solennellement, hommage à la mémoire de Raymond Aubrac, figure héroïque de la Résistance". "Ces héros de l'ombre qui ont sauvé l'honneur de la France, à un moment où elle semblait perdue, disparaissent les uns après les autres. Nous avons le devoir d'en maintenir le souvenir vivant au cœur de notre mémoire collective", écrit-il.

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.