Accéder au contenu principal

L'opposition teste la capacité du régime de Damas à respecter le cessez-le-feu

Au deuxième jour du cessez-le-feu prévu par le plan de paix de l'émissaire Kofi Annan, des milliers d'opposants au régime syrien sont descendus dans la rue pour appeler à la fin des violences qui sévissent dans le pays depuis plus d'un an.

Publicité

AFP - Des manifestations avaient lieu vendredi en Syrie à l'appel des militants pro-démocratie sous le slogan "la Révolution pour tous les Syriens", au deuxième jour du

"La Syrie est dans une situation fragile qu'il faut suivre de près.", Bernard Valero, porte-parole du Quai d'Orsay

cessez-le feu prévu par le plan de l'émissaire Kofi Annan pour mettre fin à plus d'un an de violences.

Des vidéos diffusées sur Internet montrent des manifestants défiler dans le quartier de Qadam à Damas et dans le village d'Irbine près de la capitale.

"Pas d'excuses. Aujourd'hui c'est un jour pour tous les Syriens. Si vous voulez la fin des tueries, si vous voulez la fin des destructions des villes, si vous voulez la fin du clan Assad, soulevez-vous", ont écrit les militants sur leur page Facebook "Syrian Revolution 2011".

"Les places vous attendent", ont-ils écrit également à l'adresse des habitants de Damas, sous une photo montrant la capitale, quadrillée par les forces de l'ordre et les milices pro-régime.

Jeudi, le Conseil National Syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, avait appelé à des manifestations massives. Le ministère de l'Intérieur a dans la foulée réaffirmé que toute personne souhaitant manifester devait en demander l'autorisation officielle au préalable.

"Le vrai test sera s'il y a des tirs ou non quand la population va manifester", a affirmé Bassma Kodmani, porte-parole du CNS.

Sur la page Facebook Sham News Network des militants ont appelé à la mobilisation dans une vidéo: "Vous qui hésitez, sortez de votre silence ou taisez-vous à jamais".

Jeudi soir, plusieurs manifestations ont eu lieu, notamment à Deir Ezzor (est) qui a connu son plus grand rassemblement depuis des mois, selon les Comités locaux de coordination (LCC), qui animent la contestation sur le terrain.

D'autres défilés nocturnes ont eu lieu à Alep (nord), deuxième ville de Syrie, dans la région de Deraa (sud), à Zabadani et Douma, près de Damas.

Le plan de Kofi Annan prévoit, outre la cessation des hostilités, le retrait de l'armée des villes et le "droit de manifester pacifiquement" notamment.

Une trêve précaire est entrée en vigueur jeudi à 03H00 GMT, mais pouvoir et opposition armée ont déjà signalé des violations. L'OSDH a recensé 10 morts jeudi, dont sept civils, un bilan qui marque une nette rupture avec ces derniers mois, au cours desquels l'OSDH faisait état chaque jour de dizaines de morts.

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.