Accéder au contenu principal

Nicolas Sarkozy et Macky Sall s’engagent en faveur du Mali

En visite à Paris, le président sénégalais a évoqué, avec son homologue français, la crise malienne. Macky Sall a réaffirmé sa position en faveur d’un Mali "indivisible", tandis que Nicolas Sarkozy a offert le soutien logistique de la France.

PUBLICITÉ

Il a beaucoup été question du Mali lors de la première visite officielle en France du président sénégalais Macky Sall. Reçu au palais de l’Élysée, mercredi 18 avril, par son homologue français Nicolas Sarkozy, le nouveau chef d’État, fraîchement élu le 25 mars dernier, a déclaré que son pays était particulièrement préoccupé par la situation de son voisin malien, aujourd’hui "divisé en deux".

"Il faut qu'on trouve le mécanisme pour que le Mali soit un et indivisible" a-t-il annoncé, lors d’une conférence de presse conjointe avec Nicolas Sarkozy.

Le président sénégalais a assuré qu’il œuvrait en vue de trouver une solution à la crise malienne. "C'est une situation assez trouble, mais nous essayons avec le président de la Cédéao [le président ivoirien Alassane Ouattara est actuellement président de la Communauté Économique des États de l'Afrique de l'Ouest, ndlr], le médiateur et les autres collègues africains de trouver une issue rapide et pacifique."

Profitant du chaos qui a suivi le coup d’État du 22 mars à Bamako, des rebelles touareg et des mouvements islamistes se sont emparés de la moitié nord du Mali. Des milices soupçonnées d’entretenir des liens avec Al-Qaïda au Magrheb islamique (Aqmi) sont désormais les maîtres de villes comme Tombouctou ou Gao.

"Péril terroriste dans toute l’Afrique de l’ouest"

Macky Sall a en outre mis en garde contre "le péril terroriste" qui s’accroît dans la région. "C’est une réalité qui touche tous les pays d'Afrique de l'Ouest" a-t-il déclaré, précisant que du fait de sa position géographique, le Sénégal était devenu "un pays de la ligne de front".

Le président français a lui aussi fait état de sa préoccupation face à la montée de la menace terroriste, rappelant que la France était disposée à apporter son aide. "Nous voulons les aider, nous les aiderons. […] Si les États de la région, je pense à la Mauritanie, au Niger, je pense bien sur au Mali, une fois la situation stabilisée, ou même au Sénégal, ont besoin du soutien logistique de la France dans la lutte contre le terrorisme, la France est disponible pour les aider, tout en respectant l'indépendance de ces États."

Nicolas Sarkozy et Macky Sall ont également profité de leur entrevue pour évoquer la crise en Guinée-Bissau, pays qui a été lui aussi le théâtre, le 12 avril dernier, d’un coup d’État.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.