Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Air France : un dossier socialement explosif"

Au menu de la presse française : les plans sociaux, un test pour le nouveau gouvernement, la guerre à droite pour la présidence de l'UMP et le témoignage d'un historien belge emprisonné en Syrie.

Publicité

 

Petroplus, Fralib, ArcellorMittal ou encore PSA Aulnay, les plans sociaux se succèdent et mettent à l’épreuve le gouvernement nous dit Libération.
 
Hier, la compagnie Air France a annoncé qu’elle allait réorganiser sa flotte court et moyen courrier. A la veille des vacances, ce dossier reste "socialement explosif" nous dit La Croix.
 
En attendant le syndicat Unsa proteste contre un projet de résolution qui doit être présenté à l’assemblée générale des actionnaires prévoyant une prime de "non-concurrence" de 400 000 euros pour l’ex-directeur Pierre-Henri Gourgeon. : "Jackpot pour l’ex-patron d’Air France" titre Le Parisien qui nous dit que la nouvelle a fait "l’effet d’une bombe chez les salariés d’Air France" qui sont, eux, au "régime sec".
 
Il est aussi beaucoup question dans les journaux français de la guerre que se livre les ténors de l’UMP.  
"Guerre à droite : Fillon monte au créneau, Copé montre les crocs" titre Libération
Il s’agit bien sur de la guerre pour la présidence de l’UMP en vue du Congrès de novembre.
 
Fillon fait ses petits calculs nous dit Le Parisien, "l’ancien premier ministre a surpris et fâché son camp" en dévoilant son intérêt pour la tête du parti. Une prise de risque très calculée.
 
Une guerre qui ne plait pas à Alain Juppé… L’ancien ministre des Affaires étrangères appelle à l’unité dans une interview au Figaro.
 
Le Figaro qui nous propose un intéressant témoignage sur l’horreur des prisons syriennes. Ce témoignage c’est celui d’un historien belge arrêté près de Homs qui a passé 6 jours dans deux centres de détention avant d’être finalement expulsé mercredi. Il raconte que "c’est la torture à la chaîne", "les gens on les attache dans le couloir, puis c’est l’électricité, on les bat à mort".

 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.