Accéder au contenu principal
UKRAINE

Bagarre générale au Parlement ukrainien, un député hospitalisé

Texte par : Dépêche
2 min

En désaccord autour d'un projet de loi sur le statut de la langue russe en Ukraine, plusieurs dizaines de députés se sont opposés au cours d'un débat houleux, qui s'est terminé en bagarre générale. Un député a dû être transporté à l'hôpital.

Publicité

AFP - Au moins un député a dû être transporté à l'hôpital à la suite de heurts au Parlement ukrainien entre plusieurs dizaines de députés pro-pouvoir et d'opposition qui se sont accrochés autour d'un projet de loi sur le statut du russe dans ce pays, a constaté une journaliste de l'AFP.

Des dizaines d'opposants ont d'abord bloqué dans l'après-midi la tribune parlementaire pour tenter d'empêcher l'adoption de ce projet de loi préparé par des parlementaires pro-pouvoir.

Le texte élargit les droits d'utilisation officielle de la langue russe dans le pays, ce qui revient de facto, selon l'opposition, à lui donner le statut de deuxième langue d'Etat, à côté de l'ukrainien, même si formellement il ne l'autorise pas.

Le président de l'assemblée, qui devait lancer le vote de la loi, a fini par renoncer à cette idée, mais cela n'a pas calmé les députés d'opposition.

Plusieurs d'entre eux se sont jetés sur leurs adversaires, qui ont répondu par des coups de poing.

Un parlementaire d'opposition s'est retrouvé à un moment les jambes en l'air. Un de ses collègues s'est jeté sur un des auteurs du projet de loi controversé et l'a roué de coups.

A l'issue de cette bagarre, au moins un opposant a été blessé à la tête et transporté à l'hôpital en ambulance, a indiqué un responsable parlementaire.

Les députés de la majorité pro-pouvoir ont cependant annoncé que l'examen de ce projet de loi pourrait être poursuivi dès vendredi.

L'Ukraine compte une importante communauté russophone et le statut du russe ne cesse de provoquer des conflits dans cette ex-république soviétique de 46 millions d'habitants, située entre la Russie et l'Union européenne.

Faire du russe la deuxième langue d'Etat était une des promesses électorales de l'actuel président Viktor Ianoukovitch dont le parti est en position fragile, selon des sondages, à l'approche des législatives prévues fin octobre.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.