Accéder au contenu principal
SYRIE

À Homs, le CICR attend que les bombardements cessent pour accéder aux blessés

Texte par : Dépêche
|
3 mn

Alors qu'elles ont reçu un accord de principe des insurgés et du régime, les équipes du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) attendent toujours que le pilonnage de Homs cesse pour pouvoir porter secours aux malades et aux blessés.

Publicité

REUTERS - L'armée syrienne a pilonné jeudi des quartiers du centre de Homs, après l'accord de principe donné par insurgés et forces fidèles au régime pour une trêve visant à permettre à la Croix-Rouge d'accéder aux blessés et aux malades, rapportent des habitants de la troisième ville de Syrie.

Des équipes du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et de son partenaire local, le Croissant-Rouge arabe syrien, se tiennent prêts, à Homs, au cas où ils recevraient le feu vert leur permettant d'entrer dans les quartiers les plus touchés. 

La dizaine de jours de violents combats qui vient de s'écouler bloque dans la vieille ville de Homs des centaines de civils qui ne peuvent quitter le champ de bataille, a dit mercredi le CICR.

Rabab al Rifaï, porte-parole du CICR à Damas, a déclaré qu'une petite équipe de la Croix-Rouge avait quitté mercredi la capitale syrienne à destination de Homs, où elle avait rejoint les dizaines de bénévoles du Croissant-Rouge arabe syrien déjà présents dans cette ville.

Walid Faris, qui vit dans l'un des quartiers où le CICR souhaite pénétrer, a déclaré que les pilonnages avaient été les plus violents à l'aube, jeudi.

"En début de matinée, de violents pilonnages ont eu lieu. Maintenant, je peux entendre un ou deux obus de mortier tomber toutes les demi-heures. C'est calme aujourd'hui, par comparaison avec ces derniers jours", a-t-il dit en ajoutant que deux personnes avaient péri jeudi dans son quartier, Khalidiya.

Homs, ville de 650.000 habitants du centre-ouest de la Syrie, est au coeur de l'insurrection en cours contre le régime du président Bachar al Assad depuis mars 2011. 

Certains quartiers alors tenus par les insurgés ont été la cible en février et mars de plusieurs semaines de pilonnages par l'armée, qui ont fait des centaines de morts.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.