Accéder au contenu principal
Dans la presse

"Trop et pas assez"

Presse française, Mardi 26 juin. Au menu de la presse française ce matin, la hausse du salaire minimum, le SMIC, le gel des dépenses de l’Etat prévue pour les trois prochaines années, et le coût du bouclier fiscal. Bref, économie, economies !

PUBLICITÉ

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
Au menu de la revue de presse française, ce matin, pas mal d’économie, avec l’annonce prévue aujourd’hui de l’augmentation du salaire minimum, le SMIC.
 
C’est une mesure sur laquelle le candidat Hollande s’était engagé pendant sa campagne, sans toutefois annoncer exactement son ampleur. A priori, nous dit Libération, cette  hausse devrait être comprise entre 2 et 2,5%, ce qui serait à la fois trop et pas assez, selon ses détracteurs. Libé évoque un «symbole maximum», pour le «salaire minimum», et regrette surtout que le débat autour de cette question demeure «à ce point symbolique de la pauvreté du dialogue social en France», et symbolique, aussi, de «l’étroitesse de la marge de manœuvre dont dispose la gauche».
 
L’augmentation du smic va-t-elle avoir des conséquences négatives pour l’emploi ? la question est posée par le quotidien gratuit 20 minutes. D’après plusieurs experts cités par le journal, la réponse serait «oui», car cette hausse, en augmentant le coût du travail, diminuerait, ensuite, la compétitivité des entreprises.
 
Une analyse qu’on ne partage pas du côté de l’Humanité, qui estime que la hausse attendue est largement insuffisante. La solution, pour le quotidien, serait de faire passer le smic brut de 1400 à 1700 euros. Le journal rappelle que la part des salaires dans la valeur ajoutée a chuté de dix points depuis le début des années 80, alors que dans le même temps, la part des dividendes versés aux actionnaires a été multipliée, elle, par 5. Bref, il serait temps, désormais, de «desserrer cette contrainte financière» pour améliorer les salaires.
 
L’équation, on l’entend, est difficile à résoudre, à un moment où le gouvernement annonce, également, le gel des dépenses de l’Etat pour les trois prochaines années.
La nouvelle fait la Une des Echos, pour qui la ligne fixée par le gouvernement Ayrault est finalement «à peine moins rude que ce qu’avait programmé le gouvernement Fillon». D’après le journal, les créations de postes, notamment dans l’éducation et la police, devront être compensées par des suppressions ailleurs.
 
Budget 2013, la suite, au menu et à la Une du Figaro, qui rappelle que le budget français risque de se retrouver sous surveillance européenne. Le journal parle d’un règlement qui pourrait être adopté dès cet automne. D’après ce règlement, la loi de finances de chaque Etat de la zone euro pourrait être examinée à Bruxelles, qui pourrait, ensuite, en demander la révision.
 
Le Figaro revient aussi sur l’irruption à l’UMP du débat sur «le droit d’inventaire» des années Sarkozy. Jean-François Copé est contre, mais d’autres responsables du parti estiment que le moment est venu de faire le bilan.
 
L’inventaire du sarkozysme qu’on retrouve également ce matin à la Une du Parisien. Le journal revient sur «la vraie facture du bouclier fiscal» des années Sarkozy: 3 milliards d’euros depuis 2007.
 
Le Parisien qui a, une fois de plus, la palme de la question du jour, et se demande «comment sont éduqués nos footballeurs ?»- il s’agit notamment des cas Nasry et Ménez, qui se sont montrés particulièrement en forme durant l’euro 2012.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.