Accéder au contenu principal

Accord à Genève sur les principes d'une transition politique en Syrie

À l'issue d'une réunion à Genève du Groupe d'action sur la Syrie, un accord a été trouvé samedi sur les principes d'une transition politique, avec la formation d'un gouvernement d'union nationale qui pourrait inclure des membres du régime d'Assad.

PUBLICITÉ

AFP - Un accord sur les principes d'une transition en Syrie a été obtenu samedi à Genève au cours de la réunion du Groupe d'action sur la Syrie, ouvrant la voie à l'ère "post-Assad" selon les Etats-Unis alors que la Russie et la Chine ont réaffirmé qu'il revenait aux Syriens de choisir leur avenir.

La réunion de Genève a "ouvert la voie à l'ère post-Assad" et les Etats-Unis vont saisir le Conseil de sécurité de l'ONU pour lui soumettre cet accord, a déclaré la secrétaire d'Etat Hillary Clinton dans une conférence de presse.

L'accord prévoit notamment que le gouvernement de transition puisse inclure des membres du gouvernement actuel, M. Annan précisant ensuite qu'il doutait que les Syriens choisissent pour les diriger des personnes "qui ont du sang sur les mains".

"L'organe de gouvernement transitoire exercera les pouvoirs exécutifs. Il pourra inclure des membres du gouvernement actuel et de l'opposition et d'autres groupes et doit être formé sur la base d'un consentement mutuel", a indiqué M. Annan, émissaire spécial des Nations Unies et de la Ligue arabe pour la Syrie.

"Je doute que les Syriens choisissent des gens ayant du sang sur les mains pour les diriger", a-t-il précisé dans une conférence de presse.

Interrogé sur l'avenir du président syrien Bachar al-Assad, il a souligné que le "document est clair sur les lignes directrices et les principes pour assister les parties syriennes alors qu'elles (...) établissent un gouvernement de transition et effectuent les changements nécessaires". L'avenir de Bachar al-Assad "sera leur affaire", a-t-il dit.

Pour Hillary Clinton, "Assad doit partir".

Côté russe et chinois, le propos était différent même s'ils ont accepté le plan. Une transition du pouvoir en Syrie doit être décidée par les Syriens, a indiqué le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, ajoutant qu'aucun groupe ne devait être exclu du processus.

"La manière précise dont le travail de transition (...) est mené sera décidée par les Syriens eux-mêmes", a-t-il déclaré, précisant que la Russie avait convaincu d'autres grands pays qu'il serait "inacceptable" d'exclure un quelconque groupe du processus.

Même tonalité pour la Chine: un plan de transition "ne peut qu'être dirigé par les Syriens et être acceptable pour toutes les parties importantes en Syrie. Des personnes de l'extérieur ne peuvent pas prendre des décisions pour le peuple syrien", a souligné le ministre chinois des Affaires étrangères Yang Jiechi.

Le Groupe d'action sur la Syrie, constitué par M. Annan, rassemble des chefs de la diplomatie des cinq membres permanents du Conseil de sécurité - Etats-Unis, Chine, Russie, France et Grande-Bretagne -, de pays représentant la Ligue arabe, Irak, Koweït et Qatar, de la Turquie et les secrétaires généraux de la Ligue Arabe et de l'ONU ainsi que la Haute représentante aux Affaires étrangères de l'Union européenne.

En plus de 15 mois de révolte, la répression et, depuis quelques mois, les combats entre armée et rebelles ont fait plus de 15.800 morts, en majorité des civils, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.

Kofi Annan, l'initiateur de cette réunion au format inédit, avait mis en garde les membres permanents du Conseil de sécurité de l'ONU, les exhortant à l'unité pour trouver un accord sur la transition en Syrie, faute de quoi "l'histoire nous jugera sévèrement".

Devant l'impasse entre Occidentaux, Russes et Chinois, il avait adressé une sévère mise en garde aux participants dans son discours d'ouverture. En cas d'échec, les Syriens "seront les plus grandes victimes, et leurs morts ne seront pas seulement la conséquence d'actes de tueurs, mais aussi de votre incapacité à surmonter vos divisions", avait-il dit.

Les discussions butaient entre Russes et Occidentaux sur le sort du président Assad. Les Etats-Unis réclament son départ alors que la Russie, un allié de longue date du pouvoir syrien, estime que les puissances étrangères ne doivent pas décider des résultats de la transition en Syrie.

Sur le terrain, une ONG syrienne a lancé un appel au Comité international de la Croix rouge (CICR) pour envoyer des équipes médicales dans la ville de Douma, près de Damas, théâtre d'opérations militaires d'envergure depuis le 21 juin.

29 personnes, dont 23 civils, ont été tuées samedi dans les violences en Syrie, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

A Douma, située à 13 km de la capitale, où des dizaines de personnes ont été tuées et des centaines blessées, la situation humanitaire est "catastrophique à tous les niveaux", a indiqué l'OSDH.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.