Accéder au contenu principal

Ozawa et plus de cinquante parlementaires quittent le parti au pouvoir

Coup dur pour le PDJ, le parti au pouvoir au Japon : 40 députés et 12 sénateurs, dont le très influent Ozawa, ont remis leur démission. Ils contestent la hausse de la taxe sur la consommation. Le Premier ministre garde cependant la majorité.

Publicité

AFP - L'un des hommes politiques les plus influents du Japon, Ichiro Ozawa, a quitté lundi le parti au pouvoir, emmenant avec lui 51 autres parlementaires, afin de protester contre la hausse prévue de la taxe sur la consommation.

Les parlementaires -- 40 députés et 12 sénateurs -- ont remis leur démission au Premier ministre de centre gauche Yoshihiko Noda, qui dirige le Parti démocrate du Japon (PDJ), formation au pouvoir depuis 2009, a déclaré à la presse l'un des frondeurs.

La direction du parti devait tenir dans la journée une réunion pour décider de la réponse à donner à cette défection massive, a-t-on appris auprès de membres du PDJ.

Il s'agit d'un coup dur pour le Premier ministre Noda, mais la perte de 40 députés ne le prive pas de la majorité qu'il détient à la chambre basse, dont les pouvoirs sont décisifs.

Les frondeurs figuraient parmi les 57 députés du PDJ qui ont voté la semaine dernière contre le projet de loi prévoyant de faire passer la taxe sur la consommation de 5% actuellement à 8% en avril 2014 et à 10% en octobre 2015.

Le texte doit encore être présenté au Sénat, mais devrait être adopté sans difficulté grâce aux voix de l'opposition conservatrice, menée par le Parti libéral démocrate (PLD), avec laquelle des compromis ont été trouvés pour qu'elle soutienne cette mesure jugée nécessaire pour l'assainissement des finances publiques.

M. Ozawa, 69 ans, qui fut à l'origine de la victoire historique du PDJ en août 2009, est opposé à l'augmentation de cette taxe, arguant qu'il n'était pas opportun économiquement de le faire en ce moment, que cela trahissait les promesses du parti et qu'il y avait encore des économies à faire avant de demander aux citoyens de payer davantage.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.