Accéder au contenu principal

Mondialisation déloyale : faut-il sortir les griffes?

La mondialisation est-elle déloyale ? Il y a encore quelques années, seuls les pays du Sud répondaient par l’affirmative à cette question. Dorénavant, les pays riches aussi pensent qu’il y a des fourbes et des hypocrites dans le commerce mondial. Quand Air France annonce qu’elle va acheter des avions Boeing, une soixantaine de députés français crie au scandale. Le journal de l'intelligence économique d'ALi Laïdi a enquêté sur le protectionnisme et le nationalisme économique.

PUBLICITÉ

3 avril 2012, Seattle. Air France prend livraison de son 60ème Boeing 777-300. Nous sommes invités à célébrer l’arrivée de cet avion qui volera sur la ligne caraïbes/océan indien.

Le projet, vieux de deux ans, prévoyait un changement de cabines afin de redynamiser l'image ternie sur cette ligne vers les îles. Volontairement, il n’a pas été question de Première classe, mais plutôt d’une classe affaires encore plus confortable et surtout d'une cabine Alizé, entre affaires et éco, dotée de sièges plus grands… Enfin, un écran individuel dernière génération pour tous ! Une manière pour Air France de répondre à une concurrence qui lui ronge des parts de marché sur cette ligne convoitée.

Pour les autres lignes, Air France/KLM a acheté 25 exemplaires du nouveau jet de Boeing, le 787 Dreamliner… C’est dans le plus grand bâtiment du monde, sur les chaînes de montage de l’usine d’Everett, près de Seattle, que seront construits ces avions.
S’il s’agit d’une bonne nouvelle pour le géant américain, l’enthousiasme est moindre du coté de certains députés français, furieux qu’Air France n’achète pas uniquement européen.

Pas question pour autant que la compagnie française fasse faux bond à un fidèle partenaire. Car Air France et Boeing, c’est une vieille histoire. Les deux groupes entretiennent des relations historiques, des avions Douglas aux derniers 787. Pas de nationalisme économique donc, ni de malaise à choisir l’entreprise américaine… Et puis, de part et d’autres, on insiste sur le fait qu’une partie des avions est fabriquée en Europe !
Comme pour la fabrication du 787 où l’on parle même de la « Boeing French Team »! Nous nous sommes rendus à la Dreamliner Gallery, un endroit exclusivement destiné à ce dernier né de Boeing. Ici, George Maffeo, le Vice-président de la Gestion des fournisseurs de Boeing, nous énonce les différents partenaires français et rappelle : « En France, je pense que c'est environ 12 000 employés au total. Cela représente des opportunités de près de 4 milliards de dollars annuel ».

S’il apparaît difficile de résister à 4 milliards de dollars, le représentant de Boeing a une autre explication. Si Air France a choisi ses avions c’est parce que ce sont les meilleurs. Performants, confortables, plus légers et surtout, plus économes en carburant que n’importe quel autre avion du marché.

Finalement, pour ne pas faire trop de vague, Air France a coupé la poire en deux. Ses clients voyageront aussi bien sur Boeing que sur Airbus… La guerre économique ne passera pas dans le ciel français.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.