Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée, la marche de l'opposition réprimée par la police

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le président turc, justicier ou opportuniste ?

En savoir plus

LE DÉBAT

"Davos du désert" à Riyad entre tensions et contrats

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Stéphane Troussel : "L'État est défaillant en Seine-Saint-Denis"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Joachim Son-Forget : "Je ne suis pas déçu par l'action du président"

En savoir plus

FOCUS

Suicide d'agriculteurs en France : l'épidémie silencieuse

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Romain Duris : "On ne me connaît pas en dehors de mes rôles, et tant mieux"

En savoir plus

L’invité du jour

Annick Girardin : le référendum en Nouvelle-Calédonie est "historique"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Caravane des migrants : Trump "ne fait qu'empirer les choses"

En savoir plus

Economie

L'OIT prône la relance pour sortir du chômage

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/07/2012

Dans une étude, l'Organisation internationale du travail (OIT) estime qu'il faut impérativement appliquer des politiques pour relancer la croissance, sans quoi il pourrait y avoir 4,5 millions de chômeurs de plus en 4 ans dans la zone euro.

AFP - Il pourrait y avoir 4,5 millions de chômeurs de plus en 4 ans dans la zone euro si des politiques économiques favorisant la croissance et l'emploi ne sont pas engagées, avertit l'Organisation internationale du travail (OIT) dans une étude diffusée mercredi.

Il y a actuellement 17,4 millions de demandeurs d'emplois en Europe, soit un taux de chômage de 11% souligne l'OIT, qui s'alarme particulièrement du chômage des jeunes qui est de 22% pour la zone mais culmine à 30% en Italie, au Portugal et en Slovaquie et à 50% en Espagne et en Grèce. 44% des demandeurs d'emploi sont au chômage depuis plus d'un an.

Juan Somavia, le Directeur général de l'OIT, a lancé une sévère mise en garde aux pays européens, estimant que tous seraient frappés, même les moins touchés, s'il n'y avait pas un changement radical de politique. "S'il n'y a pas de changement de politique, tous et je dis bien tous les pays de la zone euro, seront touchés, à la fois ceux déjà en difficulté et ceux qui se portent le mieux", a-t-il dit en présentant l'étude aux journalistes.

"On prend de plus en plus conscience qu'une approche fondée uniquement sur l'austérité budgétaire aura une incidence sur l'emploi sans pour autant réduire de manière significative les déficits budgétaires", note l'étude.

Elle recommande des politiques d'investissement et une remise sur pied du système financier, ce qui veut dire que l'on "règle rapidement la question de la solvabilité de nombreuses banques".

L'OIT demande de "veiller à ce que les jeunes ne restent pas prisonniers d'emplois précaires" et cite comme des exemples à suivre les politiques menées dans les pays scandinaves, en Autriche, en Belgique et aux Päys Bas.

L'étude se réfère à des programmes de formation facilitant la transition école-travail ou aux "garanties-jeunes" des pays nordiques qui accompagnent les jeunes par des formations spécifiques puis par l'aide à la recherche d'un emploi. En Suède 46% des jeunes demandeurs d'emploi ont connu la réussite grâce à cette garantie.

"Avec une stratégie de croissance centrée sur l'emploi pour la zone euro, la reprise est encore envisageable à l'intérieur du cadre de la monnaie unique", affirme l'étude de l'OIT.

Première publication : 11/07/2012

  • ZONE EURO

    Le taux de chômage a battu un nouveau record au mois de mai

    En savoir plus

  • ZONE EURO

    Le chômage atteint pour la première fois 11 % de la population active

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le chômage augmente fortement en mai pour le treizième mois consécutif

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)