Accéder au contenu principal

Nouveaux heurts entre la police et des hommes armés dans le Sinaï

Des heurts ont éclaté, jeudi, entre la police égyptienne et des hommes armés, dans le Sinaï où 16 gardes-frontière ont péri il y a quatre jours. Lors d’une opération de l’armée égyptienne mercredi, 20 activistes islamistes ont été tués.

PUBLICITÉ

AFP - De nouveaux heurts ont opposé jeudi dans le Sinaï la police à des hommes armés a rapporté la télévision publique égyptienne alors que les forces de sécurité pourchassaient des islamistes dans cette région où seize gardes-frontière égyptiens ont été tués dimanche.

Selon Nile TV, les heurts se sont produits en dehors d'un poste de police à Al-Arich, dans le nord de Sinaï, au lendemain d'une opération de l'armée égyptienne qui a tué 20 activistes.

L'armée égyptienne a qualifié mercredi de "succès total" cette opération terrestre et aérienne exceptionnelle contre des "terroristes" dans le Sinaï, trois jours après la mort de seize gardes-frontières dans une attaque attribuée à des islamistes extrémistes.

Selon l'armée, l'opération du mercredi visait "à assurer le contrôle et rétablir la sécurité (dans la péninsule) en pourchassant et en ciblant les éléments terroristes armés".

Une source militaire et la télévision d'Etat avaient fait état de vingt activistes tués dans des frappes menées à l'aube par des hélicoptères Apache, dans le secteur du village de Toumah, près de l'enclave palestinienne de Gaza, contrôlée par le mouvement Hamas.

D'autres responsables de la sécurité dans le nord du Sinaï ont fait part de frappes près de la ville de Cheikh Zouwayid, non loin de Toumah.

Dimanche soir, un commando avait tué seize gardes-frontières égyptiens près de la frontière avec Israël, avant de pénétrer en territoire israélien où il avait été neutralisés.

Après l'attaque, le président Mohamed Morsi, issu du mouvement des Frères musulmans en délicatesse avec l'armée, avait déclaré que des "instructions claires" avaient été données pour reprendre "le contrôle total du Sinaï".

M. Morsi a par ailleurs décidé mercredi de remplacer le chef des puissants services de renseignements, le général Mourad Mouafi, mis à la retraite d'office, et le gouverneur du nord-Sinaï, Abdel Wahab Mabrouk.

Cette page n'est pas disponible.

Il semblerait qu'il y ait une erreur de notre côté et que cette page ne soit pas disponible. Nos équipes vont se pencher sur la question pour résoudre ce problème au plus tôt.