SYRIE

Assad nomme son nouveau Premier ministre, l'armée en position de force à Alep

L'ex-ministre de la Santé Waël al-Halqi a été nommé ce jeudi Premier ministre. Sur le terrain, la bataille d'Alep entre insurgés et armée tournerait à l'avantage du régime. Les rebelles ont annoncé leur retrait du quartier de Salaheddine.

Publicité

Le ministre de la Santé Waël al-Halqi a été nommé jeudi au poste de Premier ministre à la suite de la défection de l'ancien chef du gouvernement Riad Hijab, a annoncé la télévision syrienne.

"Le président Bachar al-Assad a signé le décret 298 nommant M. Waël al-Halqi au poste de Premier ministre", a indiqué la télévision.

Cette nomination intervient 72 heures après l'annonce de la défection de Riad Hijab qui, selon un porte-parole, s'est rallié à l'opposition.

Le Premier ministre syrien Waël al-Halqi

Plus haut responsable à rompre avec le régime du président Assad en 16 mois de conflit en Syrie, Riad Hijab est arrivé mercredi matin en Jordanie avec sa famille, selon le ministre jordanien de l'Information Samih Maayatah.

"Hijab et des membres de sa famille sont entrés aux petites heures du jour mercredi", a déclaré mercredi à l'AFP M. Maayatah, également porte-parole du gouvernement.

"Nous avons effectué un retrait tactique de Salaheddine"

Du côté de la rébellion, les insurgés se sont totalement retirés ce jeudi du quartier emblématique de Salaheddine, à Alep, à la suite d'un bombardement d'une violence inouïe de l'armée syrienne, a affirmé le porte-parole commandement de l'Armée syrienne libre (ASL) de l'intérieur.

"L'ASL a effectué jeudi un retrait tactique de Salaheddine en raison de la violence des bombardements et des destructions", a indiqué le colonel Qassem Saad Eddine, joint par Skype.

"Ce retrait ne signifie pas que nous allons quitter Alep. Nous avons nos plans militaires pour combattre dans la ville mais, bien sûr, nous n'allons pas les révéler", a-t-il ajouté.

Auparavant, deux commandants locaux avaient confirmé l'abandon de ce quartier par les rebelles qui se trouvent désormais dans celui de Seif al-Dawla, plus à l'est.

"Nous avons effectué un retrait tactique de Salaheddine. Il n'y a plus de combattants rebelles en raison d'un bombardement inouï et les forces du régime avancent dans le quartier", a assuré Houssam Abou Mohammad, commandant de la brigade Dera Ashahba de l'ASL combattant dans ce secteur.

"Nous sommes désormais autour de Salaheddine dans les quartiers de Seif al-Dawla et Machhad", a-t-il dit, ajoutant que "les bombardements de l'artillerie et de l'aviation

SYRIE - EXCLUSIF

visent tous les quartiers tenus par les rebelles et ceux qui entourent Salaheddine".

Un autre commandant de l'ASL avait également confirmé ses dires. "Les brigades de l'ASL sont engagées dans un retrait tactique de Salaheddine afin de constituer un nouveau front vers Seif al-Dawla et Machhad", deux quartiers plus à l'est, a affirmé Wassel Ayoub, commandant de la brigade Nour al-Haq de l'ASL.

Un "bombardement inouï" cette nuit

"Alors que nous avions repris totalement cette nuit le contrôle du quartier, il y a eu ce matin un bombardement inouï et la situation terrible nous a poussés à effectuer ce retrait tactique", a-t-il ajouté.

Une source de sécurité à Damas a affirmé que "l'armée avançait rapidement en direction de Seif al-Dawla mais la prochaine bataille devrait avoir lieu à Sukkari", un autre fief des rebelles, plus au sud.

"Seulement 10% des renforts de l'armée ont été utilisés jusqu'à présent dans la bataille", a ajouté cette source. Elle avait affirmé récemment que 20.000 militaires avaient été envoyés dans la région d'Alep.

L'armée syrienne et l'ASL sont engagées dans une bataille farouche pour le contrôle de la métropole du nord depuis le 20 juillet.

Mercredi, l'armée avait lancé une offensive terrestre avec des chars et des véhicules blindés à Salaheddine.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine