Dans la presse

"Les ennemis de mes ennemis sont mes amis ?"

Presse internationale, Lundi 13 août. Au menu de la presse internationale ce matin, la mise à la retraite du maréchal Tantaoui en Egypte, la désignation de Paul Ryan comme colistier de Mitt Romney, et le passage de témoin des JO, de Londres à Rio de Janeiro.

Publicité

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On commence cette revue de presse internationale avec la décision du président égyptien Mohamed Morsi de mettre à la retraite le maréchal Hussein Tantaoui, le ministre de la Défense.
 
Le départ de l’ex-chef du Conseil suprême des forces armées, en charge de la transition après la chute d'Hosni Moubarak, est à la Une de toute la presse égyptienne, et notamment d’Al Masry AlYoum, pour qui Mohamed Morsi vient tout simplement de remettre l’armée à sa place.
 
Entre l’armée et les islamistes, le bras de fer se poursuit. Et c’est un duel dans lequel les révolutionnaires laïques sont finalement réduits au rôle de spectateurs, se désole The Daily News, en parlant de «dilemme». «Certains laïcs écrit le journal, sont si déterminés à faire barrage aux islamistes qu’ils ont pris fait et cause pour l’armée, en pensant que les ennemis de leurs ennemis sont leurs amis, mais est-ce vraiment aussi simple ? D’autres ont décidé de donner sa chance à l’islam politique, tandis que d’autres encore se contentent d’aller là où est le pouvoir». The Daily News ne donne pas de consigne mais se borne se matin à appeler les Egyptiens à la plus grande prudence.
 
Pour le quotidien de gauche israélien Haaretz, la décision de Mohamed Morsi d’écarter la vielle garde militaire est en réalité dans la logique de la révolution. Le journal explique que la séparation en cours entre le pouvoir civil et l’armée est exactement ce pour quoi les manifestants égyptiens se battent depuis 18 mois. Haaretz ne s’alarme pas de la montée en puissance de Mohamed Morsi, qui par ailleurs ne s’est pas avéré être un grand fan de l’Iran - ce qui est un atout diplomatique de taille, selon le journal.
 
On passe maintenant aux Etats-Unis,  où le candidat républicain à la présidentielle Mitt Romney a choisi son colistier. Ce sera Paul Ryan, le représentant du Wisconsin à la Chambre des représentants. L’homme est perçu comme un conservateur pur dur. «Un extrémiste», d’après l’entourage de Barack Obama, cité par The International Herald Tribune. Le camp démocrate rappelle que libéral, Paul Ryan ne l’est que sur le plan strictement économique, puisqu’il aurait également fait connaître son opposition totale à l’avortement, même en cas de viol et d’inceste.
 
Mais c’est un choix, et c’est sans doute déjà ça, qui vient de recevoir la bénédiction du magnat des médias Rupert Murdoch, selon The Guardian. Le patron du groupe NewsCorp estime en effet que Paul Ryan constitue un choix «presque parfait».
 
On termine avec la fin des JO de Londres. La fête est finie, et c’est à la Une ce matin de toute la presse britannique. «That’s all folks», titre The Independent.
 
Pour le moment, tout le monde ou presque s’accorde à dire que ces Jeux ont été un succès, dont tout le monde cherche évidemment à tirer les bénéfices, gouvernement en tête – on le retrouve dans un dessin du Guardian, qui ironise sur les gagnants d’un sport qui consiste à savoir tirer les marrons du feu.
 
Le spectacle va continuer en 2016 à Rio de Janeiro – le passage de témoin a eu lieu hier soir à Londres: «Pelé e samba ! », résume le Jornal do Brasil.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine