Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie/ armée : le grand nettoyage?

En savoir plus

LE DÉBAT

Audition de Benalla au Sénat : Police - Elysée : malaise au sommet

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Les Frères Sisters", western fraternel et meurtrier

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

"This is Iraq" : rencontre avec le rappeur I-NZ

En savoir plus

FOCUS

La traque des opposants burundais se poursuit jusqu'au Kenya

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Espionnage en Afrique : une concurrence féroce

En savoir plus

FACE À FACE

Affaire Benalla : 5 mois de feuilleton politique

En savoir plus

L’invité du jour

Sebastian Copeland : "Les régions polaires nous lancent le cri d’alarme"

En savoir plus

L'INFO ÉCO

L’économie chinoise peut-elle résister à la guerre commerciale ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Lakhdar Brahimi appelle le Conseil de sécurité à le soutenir

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/08/2012

A peine nommé nouveau médiateur international pour la Syrie vendredi 17 août, Lakhdar Brahimi a accordé sa première interview à France 24. Conscient de la difficulté de sa mission, il espère recevoir le soutien du Conseil de sécurité.

Le diplomate algérien Lakhdar Brahimi, fraîchement nommé médiateur international sur le dossier syrien et rompu aux missions diplomatiques délicates, reste encore très évasif sur la ligne à suivre. "Je ne sais pas encore quelle marge de manœuvre je vais avoir. Je viens d’être nommé. Je ne suis même pas encore à New York", a-t-il confié sur l’antenne de France 24, "quand on accepte une mission comme celle-ci, ou bien on réussit, ou bien on échoue […] Peut-être suis-je fou d’avoir accepté", a-t-il ajouté, un brin fataliste.

"J’espère que le Conseil de sécurité me soutiendra plus qu’il ne l’a fait avec Kofi Annan", a-t-il continué. Il faut dire que le manque de soutien du Conseil de sécurité envers son prédécesseur, dû au veto russo-chinois, ne rassure pas le diplomate. "Le Conseil de sécurité de l’Onu n’a pas soutenu Kofi Annan comme il le devait. Peut-être s’en est-il rendu compte et qu’il me soutiendra davantage", a-t-il conclu.

Lakhdar Brahimi, vétéran de la diplomatie

 

Première publication : 17/08/2012

  • SYRIE

    Lakhdar Brahimi reprend le flambeau du dossier syrien

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)