Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Miss Terre : la Libanaise disqualifiée à cause d'un cliché

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Disparition de Jamal Khashoggi : menaces sur la presse

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Arthur Jugnot

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Art contemporain en banlieue : "Ce qui nous intéresse, c'est la mixité du public"

En savoir plus

#ActuElles

Élections de mi-mandat aux Etats-Unis : un nombre record de femmes candidates

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le casse-tête de la frontière irlandaise

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Burn-out : les absurdités du management moderne

En savoir plus

TECH 24

Femmes dans la tech : comment briser le "clic" de verre

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

La pêche, une tradition familiale au Grau-du-Roi

En savoir plus

REPORTERS

Un reportage long format tourné par nos reporters ou nos correspondants aux quatre coins du monde. Le samedi à 22h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

Dernière modification : 21/08/2012

Kurdistan irakien : le revers du boum économique

Le Kurdistan irakien est présenté comme une région exemplaire au Moyen-Orient en raison de sa stabilité et son développement, grâce notamment à la rente pétrolière. Mais le fossé se creuse entre la population qui jouit de la prospérité et celle qui ne bénéficie pas des fruits de la croissance.

La chaleur de plomb sur l’asphalte pourrait faire croire à un mirage : une voiture luxueuse, d’un blanc immaculé, est garée devant une résidence d’architecte. Décorée de marbre gris, la bâtisse de 600 m2 est en vente à 1, 125 millions d’euros. Nous sommes pourtant bien en Irak, à Erbil, la capitale de la région autonome du Kurdistan. Rasul, l’agent immobilier de l’Italian Village, précise d’un air de conspirateur : "Nous avons des gens très riches ici, ils ont des millions!"

Le Kurdistan irakien compterait plus exactement 19 milliardaires. La région a connu un boom économique unique au Moyen-Orient, grâce à la sécurité, la rente pétrolière et une politique d’investissements attractive pour les entreprises étrangères. Total, Exxon Mobile, Chevron : près de 2 000 entreprises étrangères sont implantées au Kurdistan irakien.

Himdad, un étudiant de 26 ans au corps sec et au visage sérieux, ne se réjouit pourtant pas de cette Success story kurde. Arpentant les rues du quartier chic surnommé Dollarawa - fait par les dollars -, son humeur s’assombrit : "Les prix des maisons ici sont tellement élevés que seuls les officiels et les riches peuvent se le permettre. Les pauvres n’en ont absolument pas les moyens". Himdad gagne 300 euros par mois grâce à un travail de nuit, l’équivalent du salaire moyen des fonctionnaires. Comme eux, il n’a accès ni aux nouvelles résidences ni aux produits européens vendus dans des galeries aux allures françaises.

Himdad se retire avec ses livres de philo dans une petite cahute qu’il a construite de bric et de broc sur le toit de l’unique pièce qu’il partage avec les 5 membres de sa famille. La jeunesse, plus de la moitié de la population, est née avec l’ouverture du Kurdistan et porte un regard critique sur son fonctionnement. "L’ancienne génération n’est pas consciente des changements dans le monde, elle essaie de garder certaines traditions et habitudes, estime l’étudiant. Nous voulons rompre avec celles qui ne sont bonnes ni pour nous ni pour la société".

L’amertume se transforme même en colère. Dans une région où le taux de croissance était estimé à 8 % l’année dernière, les attentes de la population sont d’autant plus fortes qu’elle a vu une minorité proche du pouvoir s’enrichir démesurément. "Vous avez la rente pétrolière. Les groupes politiques ont cet argent qui représente des milliards et ils les distribuent en fonction de proximité, de copinage, de népotisme, de fratrie", explique Hosham Dawood, un chercheur du CNRS vivant à Erbil. La société kurde voit deux systèmes s’entrechoquer. Celui des anciens chefs peshmergas, centré sur une fidélité inconditionnelle au clan, et celui d’une génération qui aspire à une meilleure répartition des richesses et à une réelle liberté d’expression. Un cocktail explosif dans une région qui disposerait d’un cinquième des ressources pétrolières d’Irak.

Par Claire BILLET

COMMENTAIRE(S)

Les archives

19/10/2018 Reporters

Le Brexit, un océan d'incertitudes pour les pêcheurs

La sortie du Royaume Uni de l'Union Européenne va entraîner des conséquences pour les pêcheurs, français notamment, qui avaient jusque là toute liberté pour jeter leurs filets...

En savoir plus

12/10/2018 Reporters

Reporters : Rohingya, l'impossible retour

Près d'un million de Rohingya ont fui les violences de l'armée birmane et survivent aujourd'hui au Bangladesh, dans le plus grand camp de réfugiés au monde. De l'autre côté des...

En savoir plus

05/10/2018 Reporters

Reporters : Rio sous la menace des milices

Le 14 mars 2018, Marielle Franco, conseillère municipale de Rio, était violemment assassinée. Cette militante de 38 ans dénonçait la corruption des puissants et le pouvoir des...

En savoir plus

28/09/2018 Reporters

Sauver les enfants esclaves en Inde, le combat de Kailash Satyarthi

En Inde, un enfant disparaît toutes les 8 minutes. À New Delhi, 6 sur 10 ne sont jamais retrouvés. On les appelle "la génération perdue", mais ils ne se sont pas évaporés....

En savoir plus

21/09/2018 Reporters

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

Alors que l’ONU a affirmé mercredi que la Colombie reste le principal producteur de cocaïne au monde avec des hausses record des plantations de coca, nos reporters se sont rendus...

En savoir plus