Dans la presse

"La rentrée, c'est maintenant"

Presse française, Lundi 20 août. Au menu de la presse française ce matin, la rentrée du gouvernement, qui a maintenant un mois pour boucler le budget 2013, et lancer, enfin, les réformes attendues. Et la bataille pour la présidence de l’UMP: ça se bouscule !

Publicité

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On commence cette revue de presse française avec la rentrée, cette semaine, du gouvernement, dont le programme s’annonce extrêmement chargé.
 
Impôts, euro, plans sociaux: la rentrée s’annonce chaude, d’après les Echos. Le premier conseil des ministres va avoir lieu mercredi, et il restera ensuite un mois au gouvernement pour boucler le budget 2013, dans un contexte très fragile. Il va falloir trouver une trentaine de milliards d’euros, et ça risque de ne pas être simple, si la croissance ne repart pas.
 
 «La rentrée, c’est maintenant» a déclaré François Hollande, hier. Dans le Parisien, le politologue Brice Teinturier évoque une «rafle inquiétante de plan sociaux», et des indicateurs économiques «dans le rouge», qui «entretiennent un pessimisme ambiant sur l’avenir». D’après lui, les Français nourriraient toutefois désormais «moins d’espoir qu’en 2007, après la campagne de Nicolas Sarkozy qui avait su ancrer la croyance que le volontarisme suffirait pour retrouver la croissance et le pouvoir d’achat».
 
Parmi les grandes réformes attendues, la création, annoncée cet été, de zones de sécurité prioritaires dans les quartiers sensibles. C’est une mesure qui va consister à se concentrer sur les zones les plus en difficulté, alors que les émeutes dans la banlieue d’Amiens ont relancé le débat sur le problème de la violence dans les quartiers sensibles. L’autre gros dossier de la rentrée pour Manuel Valls, c’est la question des Roms, avec là encore une grosse polémique sur les démantèlements de leurs campements. Le nouveau ministre de l’Intérieur a accordé une interview à Libération pour s’expliquer sur tous ces sujets. Un entretien où il persiste et signe: il n’a, dit-il, qu’«un seul talisman, la République, un seul discours, la fermeté».
 
Et si finalement on était plus sévère à gauche qu’à droite à l’égard de Manuel Valls ? pour Libération, il serait que la majorité «renoue (désormais) avec ses principes et la priorité absolue au social, (et) qu’elle démontre clairement que le réalisme se situe du côté de ceux qui jamais ne cherchent à attiser les peurs en confondant, par exemple, insécurité et sentiment d’insécurité».
 
A droite il va surtout être question cette semaine de la campagne pour la présidence de l’UMP.  La bataille est lancée» titre le Figaro, auquel l’ex-ministre de l’Agriculture Bruno Le Maire a annoncé sa candidature. Il rejoint donc Xavier Bertrand, François Fillon, Nathalie Kosciusko-Morizet, Christian Estrosi et Jean-François Copé, qui doit se déclarer officiellement dimanche prochain. Interrogé sur ce que doit être la place, désormais, de Nicolas Sarkozy, il explique que l’ancien président «garde évidemment une place essentielle» à l’UMP. Nicolas Sarkozy dont une grande majorité des militants UMP, 53 %, disent souhaiter le retour aux affaires, d’après un sondage publié hier par le JDD.
 
Une enquête qui montre aussi que François Fillon reste largement favori face à Jean-François Copé, avec 48 % des sympathisants de droite. L’ex-Premier ministre est toujours en convalescence, après sa fracture de la cheville en Italie - ce qui n’empêche pas ses amis de s’activer, selon le Parisien.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine