Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Inondations en France : plusieurs morts dans l'Aude

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le vélo de retour à Cuba et les entrepreneurs burundais en province qui innovent

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mo'Kalamity, ambassadrice capverdienne d'un reggae conquérant

En savoir plus

FOCUS

En Californie, une croisade anti-avortement après une décision de la Cour suprème

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Adlène Méddi : "1994, une année de basculement en Algérie"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Égypte : nouveau procès pour Ahmed Douma, icône de la révolution

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

L'enjeu sécuritaire des législatives en Afghanistan

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Luis Aguiriano : "Je ne pense pas que Manuel Valls sera maire de Barcelone"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Malgré l'article 7, des sanctions impossibles contre la Pologne et la Hongrie ?

En savoir plus

REPORTERS

Un reportage long format tourné par nos reporters ou nos correspondants aux quatre coins du monde. Le samedi à 22h10. Et dès le vendredi, en avant-première sur internet!

Dernière modification : 24/08/2012

Mogadiscio, un an après les Shebab

Il y a tout juste un an, les insurgés islamistes shebab annonçaient qu’ils quittaient Mogadiscio, qualifiant ce départ de "repli stratégique". Depuis, la capitale somalienne se reconstruit peu à peu et attire de nouveau des investisseurs. Nos envoyés spéciaux Stéphanie Braquehais et Duncan Woodside se sont rendus à Mogadiscio.

Chaque jour, la capitale somalienne change un peu plus de visage. Dans les rues, le nombre de véhicules, certains flambant neufs, a augmenté, les piétons et les petits kiosques, remplissent les trottoirs. A côté d’un immeuble en ruines, un autre est en réfection. Le lendemain, il est complètement repeint et un magasin a ouvert. Ce n’est pas la première fois qu’un semblant de paix revient à Mogadiscio. Un précédent avait eu lieu en 2006 pendant le règne des tribunaux islamiques, qui avaient rétabli un semblant de sécurité.

Un sentiment d’espoir est perceptible parmi la population, et de nombreux Somaliens de la diaspora reviennent pour investir et récupérer des propriétés familiales d’avant la guerre civile. Nous avons rencontré Liban Egal, un somalien qui a vécu longtemps à Baltimore, aux États-Unis. Il a géré des fast-foods, des pizzerias, a fait du micro crédit, mais il avait soif de nouvelles aventures. Après avoir échoué à faire du commerce à Mogadiscio en 1996, il a décidé de revenir pour de bon en 2010, pour créer une banque. Depuis la chute de Siad Barré en 1991, la Somalie repose sur un système de sociétés de transfert d’argent, les Hawalas, basées sur le principe de la confiance, mais qui ne sont pas reconnues internationalement.

Liban sait qu’il a beaucoup de défis devant lui, dans un pays en guerre civile depuis plus de vingt ans. L’absence de législation rend impossibles les transferts électroniques d’argent. Mais Liban planche aussi sur d’autres idées, comme les transferts d’argent par téléphone mobile ou internet sans fil.

Les investissements affluent à nouveau à Mogadiscio et la population retrouve une liberté religieuse. Cependant, une grande partie de la population vit encore dans des camps de déplacés ou squattent des immeubles qui appartenaient à l’Etat avant 1991. “On n’a rien, parfois, on mange, d’autres fois, on passe une journée sans manger”, explique Fatima, mère de cinq enfants. Les forces de sécurité, sous équipées et payées irrégulièrement, peinent à faire respecter la loi. Les assassinats se multiplient - hommes d’affaires, politiciens, journalistes - et les responsables ne sont jamais inquiétés.

Dans un poste de police du quartier Hodan, il n’y a qu’un seul véhicule, dont le pare-brise a en partie volé en éclat à cause d’un impact de balle. “La police est une cible, reconnaît le major Ali Mohamed Salal. Tous ceux qui travaillent pour le gouvernement sont des cibles”. Il admet n’avoir reçu que récemment une partie de son salaire après avoir attendu huit mois sans rien. Il affirme haut et fort sa motivation: “Je suis né un jour, je vais mourir un jour, je n’ai peur que d’Allah”. Mais tout le monde n’a sans doute pas la même détermination.

Le gouvernement de transition entaché par la corruption vient d’achever son mandat. De nouvelles institutions sont en train d’être formées ; un président va devoir être sélectionné par le Parlement. Mais il faudra plus qu’un texte et de nouvelles institutions pour unir et réconcilier une population qui vit dans la guerre depuis tant d’années.

Par Stéphanie BRAQUEHAIS

COMMENTAIRE(S)

Les archives

12/10/2018 Reporters

Reporters : Rohingya, l'impossible retour

Près d'un million de Rohingya ont fui les violences de l'armée birmane et survivent aujourd'hui au Bangladesh, dans le plus grand camp de réfugiés au monde. De l'autre côté des...

En savoir plus

05/10/2018 Reporters

Reporters : Rio sous la menace des milices

Le 14 mars 2018, Marielle Franco, conseillère municipale de Rio, était violemment assassinée. Cette militante de 38 ans dénonçait la corruption des puissants et le pouvoir des...

En savoir plus

28/09/2018 Reporters

Sauver les enfants esclaves en Inde, le combat de Kailash Satyarthi

En Inde, un enfant disparaît toutes les 8 minutes. À New Delhi, 6 sur 10 ne sont jamais retrouvés. On les appelle "la génération perdue", mais ils ne se sont pas évaporés....

En savoir plus

21/09/2018 Reporters

Colombie : au Catatumbo, "les damnés de la coca"

Alors que l’ONU a affirmé mercredi que la Colombie reste le principal producteur de cocaïne au monde avec des hausses record des plantations de coca, nos reporters se sont rendus...

En savoir plus

14/09/2018 Reporters

Les visages de la résistance à Boko Haram

Au Nigeria, alors que l'armée poursuit son offensive contre Boko Haram, nos reporters Catherine Norris-Trent et Jonathan Walsh se sont rendus dans le nord-est du pays, toujours...

En savoir plus