Dans la presse

"En croyant à ses rêves, l'homme les transforme en réalité"

Presse française, Lundi 27 août. Au menu de la presse française ce matin, la candidature de Jean-François Copé à sa propre succession à la tête de l’UMP, face, notamment, à François Fillon. Le départ de Martine Aubry de la tête du PS, le futur traité budgétaire européen. Et Neil Armstrong.

Publicité

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On commence cette revue de presse avec la rentrée politique de François Fillon et Jean-François Copé,  les deux favoris à la présidence de l’UMP.
 
Le secrétaire général actuel de l’UMP, Jean-François Copé, s’est déclaré hier, et c’est aussi le moment qu’a choisi son rival pour faire sa rentrée, au lendemain du grand rendez-vous des Amis de Nicolas Sarkozy à Nice. Le duel Copé-Fillon se met en place pour la bataille de cet automne, et d’après le Figaro, il commence à «réveiller l’opposition». Jean-François Copé et François Fillon ont prononcé tous les deux des discours que le journal juge «très offensifs contre le gouvernement, mais chacun selon son style: Copé version «droite décomplexée», avec la volonté d’être celui qui incarne la voix des militants, et Fillon dans la peau du «rassembleur» qui dit n’être «candidat contre personne». Bref, la «saine émulation», d’après le Figaro, pour qui «nul doit redouter cette compétition interne à l’UMP».
 
«Saine émulation» à venir également pour les socialistes, qui devront eux aussi se trouver un nouveau patron, ou une nouvelle patronne à l’automne, puisque d’après le Parisien, Martine Aubry va quitter la tête du parti socialiste. Son avenir politique serait encore inconnu, et pourrait consister soit à attendre son tour pour Matignon, soit à viser la Commission de Bruxelles.
 
Les socialistes dont le mot d’ordre de la rentrée est l’unité, martelée ce week-end à l’université d’été de La Rochelle par Jean-Marc Ayrault. Le Premier ministre s’est transformé «en capitaine de pédago» pour expliquer le «cocktail, délicat à vendre aux Français, de mesures d’urgence et de réformes en profondeur qui mettront (très) longtemps à porter leurs fruits». Libération revient aussi sur sa volonté de mettre au pas la majorité pour le vote sur le traité budgétaire européen, prévu début octobre.
Mais du côté des écologistes et de la gauche de la gauche, ça coince: les Verts veulent s’abstenir,  et le Front de gauche entend manifester clairement son opposition.
 
D’après le sondage que publie ce matin l’Humanité, 72 % des Français souhaiteraient un référendum sur cette question. L’Huma rappelle d’ailleurs que «le onzième des soixante engagements de François Hollande prévoyait la renégociation du traité (budgétaire européen)».
 
A voir toujours ce matin, la disparition de Neil Armstrong, le premier homme à avoir marché sur la Lune. Il est mort samedi, 43 ans après avoir réalisé un exploit qui a fasciné près d’un demi-milliard de téléspectateurs. L’homme a incarné comme nul autre «le rêve américain», d’après Libération, qui établit ce matin un parallèle entre la disparition d’Armstrong et l’ascension de Mitt Romney, le candidat républicain, associé à «l’horreur américaine».
 
Mais l’homme du jour, c’est encore et toujours Neil Armstrong, qu’on retrouve à la Une du Parisien, avec un dossier sur l’espace. Le rêve de l’homme qui  «nous a emmenés sur la Lune», c’est à voir pour terminer avec la Croix, qui rappelle le message que lui avait envoyé à l’époque le dessinateur belge Hergé: «En croyant à ses rêves, l’homme les transforme en réalité».
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine