Dans la presse

"Une ligne rouge pour Netanyahou, et vite"

Presse internationale, Mercredi 12 septembre. Au menu de la presse internationale ce matin, les relations de plus en plus troublées entre les États-Unis et Israël, à cause des divergences sur le dossier du nucléaire iranien, l’importance du vote de la communauté juive dans la course à la présidentielle américaine, une manifestation monstre en Catalogne, et une histoire de cadenas, à Rome.

Publicité

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook

 
 
On commence cette revue de presse internationale avec les relations entre les Etats-Unis et Israël, perturbées ces dernières semaines par le dossier du nucléaire iranien.
 
Israël et les Etats-Unis affichent de plus en plus ouvertement leurs divergences, et c’est à la Une, ce matin, du Jerusalem Post, qui rapporte que Washington continue de dire «non» aux demandes répétées de Benjamin Netanyahou d'imposer à l'Iran une «ligne rouge claire» pour l'empêcher de se doter de l'arme nucléaire. Ce à quoi le Premier ministre israélien à répliqué en déclarant que la communauté internationale, ne peut, dans ce cas, demander à Israël d'attendre avant d'agir vis-à-vis de l’Iran, et qu’elle ne peut pas imposer à l’Etat hébreu de «feu vert» comme préalable à une éventuelle intervention militaire.
 
Des échanges musclés qui expliquent sans doute le fait que les deux dirigeants ne se rencontreront pas lors de l'Assemblée générale de l'ONU qui a lieu à la fin du mois,  officiellement à cause d'une incompatibilité de leurs agendas, selon la Maison Blanche, qui vient de faire savoir que «contrairement à des informations parues dans la presse, jamais le Premier ministre Netanyahou n'a demandé à rencontrer le président Obama à Washington, et qu’une telle demande n'a jamais été refusée».
Info dont Haaretz s’était fait l’écho, hier, en affirmant que Benjamin Netanyahou était prêt à rencontrer Barack Obama, mais que la Maison Blanche avait rejeté cette demande. Le quotidien israélien qui demande ce matin au Premier ministre de cesser ses déclarations à l’emporte-pièce. «C’est à ses propres déclarations qu’il doit fixer une ligne rouge, et vite», écrit le journal.
 
Ces tensions entre l’Administration Obama et Israël pourraient coûter au candidat démocrate une partie du vote juif américain. The Independent rappelle qu’en 2008, 78 % des juifs américains avaient voté pour Barack Obama, mais que les choses risquent d’être plus compliquées cette fois-ci, notamment en Floride. Le journal rapporte, toutefois, que la communauté juive a été sensible aux efforts de l’Administration Obama pour augmenter l’aide militaire des Etats-Unis à Israël, tandis qu’une partie de l’électorat juif n’a pas oublié, non plus, la façon dont elle a freiné des quatre fers pour empêcher la reconnaissance d’un Etat palestinien à l’ONU. Obama, en tout cas, sait qu’il ne peut pas s’aliéner cet électorat dans une course qui est loin d’être gagnée, et c’est sans doute la raison pour laquelle il a finalement fait intégrer dans le programme démocrate la motion reconnaissant Jérusalem comme la capitale d’Israël.
 
On passe maintenant en Espagne, en Catalogne, où un million et demi de manifestants ont défilé hier à Barcelone à l'appel des indépendantistes, qui accusent Madrid d'entraîner leur province endettée dans la spirale de la crise. «On n’avait pas vu ça depuis 1977», rapporte ce matin le quotidien catalan La Vanguardia.
 
«Quand le pacte fiscal mène à la sécession», écrit ce matin El Pais, en rapportant que les Catalans affirment aujourd’hui être pour l’indépendance à 51%, contre 36 % il y a dix ans. Mais la sécession est-elle vraiment la solution ? s’interroge le journal.
 
Décidément, tout fout le camp - à noter pour terminer, cette info publiée par le journal romain Il Tempo: la municipalité a décidé d’enlever tous les petits cadenas des amoureux accrochés au pont Milvio, parce que les cadenas en question abîment ce pont déjà très vétuste. L’affaire est en train de susciter un tollé à Rome.
            
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine