FRANCE

Tuerie de Chevaline : le cycliste qui a découvert les corps témoigne pour la première fois

Le cycliste britannique qui a découvert la tuerie de Chevaline, près d'Annecy, a livré pour la première fois son témoignage à la télévision britannique. Il décrit une scène plus proche de la fiction que de la réalité.

Publicité

Il était jusqu’ici resté muet. Mais ce jeudi 13 septembre, Brett Martin, le cycliste britannique qui a découvert la tuerie de Chevaline, dans les Alpes françaises, a accordé pour la première fois une interview à la BBC et à Sky News.

Le procureur de la République d'Annecy et l'un des juges chargés de l'enquête sur la tuerie de Chevaline sont arrivés jeudi midi à Woking, dans le Surrey ou résidait la famille al-Hilli victime de la fusillade, pour faire un point sur les investigations.

"Notre présence ici ne signifie pas qu'il y a des problèmes entre les deux juridictions anglaise et française. Mais au contraire, nous souhaitons renforcer la coopération et nous comprendre le mieux possible dans l'espoir de parvenir le plus vite possible à la résolution de ces meurtres horribles", a déclaré le procureur, Eric Maillaud aux journalistes, avant de pénétrer dans le poste de police de Woking.

"Nous sommes parfaitement conscients qu'Annecy n'est que le lieu fortuit de ce drame et que vraisemblablement, l'origine, les causes et les explications sont ici chez vous", a-t-il répété.
 

Cet ancien pilote de la Royal Air Force, ex-commandant de bord de la compagnie British Airways, a ainsi décrit à la télévision britannique le moment où il a découvert les quatre corps de la famille Al-Hilli et du cycliste français Sylvain Mollier, mercredi 5 septembre, sur les hauteurs d’Annecy. Une scène qu'il dit être plus proche de la fiction que de la réalité. "Il y avait beaucoup de sang et des têtes trouées par des balles. Cela ressemblait à une scène de la série policière 'Les Experts'", a-t-il déclaré.

Comme à son habitude, Brett Martin était parti ce jour-là faire une promenade à vélo vers 14h30. "C'est le genre de choses sur lesquelles vous ne pensez jamais tomber dans votre vie, explique-t-il. Quand je me suis approché, la première chose que j'ai découverte, c'est un vélo couché par terre. Comme j'avais vu le cycliste devant moi un peu plus tôt, j'ai pensé qu'il se reposait."

"Elle était couverte de sang"

Brett Martin s'arrête alors et finit par apercevoir une enfant  titubant sur la route. "Au début, j'ai pensé qu'elle était juste en train de jouer car on aurait dit, de loin, qu'elle tombait en rigolant comme le font les enfants", détaille-t-il.

Mais il apparaît clairement que la fillette, Zainab Al-Hilli, 7 ans, est gravement blessée. "Elle était couverte de sang", ajoute l’ancien militaire. Brett Martin commence par s'occuper de la petite fille. Puis il se dirige vers la BMW et aperçoit les quatre corps inanimés et ensanglantés. Il se rend rapidement compte qu’il a affaire à des morts par balles.

Zainab, elle, est encore en vie mais ses blessures sont graves. Il craint qu’en la transportant sur son vélo vers le village le plus proche, cela lui provoque une "hémorragie interne". De plus, il est confronté à un autre problème : son téléphone portable ne passe pas à cet endroit. Il décide alors de rebrousser chemin pour alerter les secours. Sur la route, il rencontre Philippe D., un randonneur savoyard, qui l’accompagne sur les lieux de la tragédie puis redescend sur la route séance tenante pour appeller les secours.

FRANCE 24 avec dépêches

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine