SANTÉ

Une étude française révèle l'importante toxicité du maïs OGM sur des rats

Pendant deux années, des chercheurs français ont étudié les effets du maïs OGM NK603 - un maïs transgénique mis au point par le groupe Monsanto - sur 200 rats. L'OGM se révèle très toxique et souvent mortel pour les rongeurs.

Publicité

L'étude fait l'effet d'une bombe. Selon un rapport à paraître en ligne dans la revue internationale de toxicologie alimentaire "Food and Chemical Toxicology", des rats nourris pendant deux ans avec un maïs OGM – traité dans certains cas avec l'herbicide phare du groupe Monsanto, le Roundup -, meurent plus jeunes et souffrent plus souvent de cancers que les autres, nourris avec du maïs non génétiquement modifié.

"Les résultats révèlent des mortalités bien plus rapides et plus fortes au cours de la consommation [des OGM], assure à l’AFP Gilles-Eric Seralini, chercheur à l'université de Caen, qui a dirigé l'équipe à l'origine de cette étude. Il poursuit : "Les résultats sont alarmants. On observe, par exemple, deux à trois fois plus de mortalité chez les femelles traitées. Il y a deux à trois fois plus de tumeurs chez les rats traités des deux sexes".

Des tumeurs plus grosses que des balles de ping-pong

"Pour la première fois au monde, un OGM et un pesticide ont été évalués pour leur impact sur la santé plus longuement que les agences sanitaires, les gouvernements et les industriels ne l'ont fait", affirme le professeur Seralini.

Selon lui, le maïs NK603, OGM de Monsanto, n'a jusqu'alors été testé que sur une période de trois mois, une période trop courte pour détecter l'apparition des tumeurs. Quelques OGM ont déjà été testés à trois ans, mais jamais avec des analyses aussi approfondies.

C'est la première fois, selon M. Seralini, que le Roundup est testé sur le long terme. Jusqu'à présent, seul le principe actif de cet herbicide sans ses adjuvants avait été testé plus de six mois. "Ce sont les meilleurs tests qu'on peut avoir avant d'aller tester chez l'homme", affirme le chercheur.

L'article de "Food and Chemical Toxicology", dont l'AFP a obtenu une copie, montre des rats femelles de laboratoire ayant développé des tumeurs plus grosses que des balles de ping-pong.

(FRANCE 24 avec dépêches)

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine