Dans la presse

"OPA du Qatar sur les banlieues"

Presse française, Lundi 24 septembre. Au menu de la presse française ce matin, la création d’un fonds pour les banlieues françaises, financé en majeure partie par le Qatar, et la zizanie à gauche, après le refus des Verts de voter «oui» à la ratification du traité budgétaire européen.

Publicité

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On commence cette revue de presse française avec une révélation du journal Libération, qui rapporte que le gouvernement français a décidé d’accepter un projet de fonds pour les banlieues, financé en grande partie par le Qatar.
 
On savait que l’émirat investit depuis longtemps dans les clubs de foot et les entreprises du CAC 40, mais il semblerait qu’il soit en train d’agrandir temps son terrain de jeu. Le Qatar que Libération soupçonne de chercher à réaliser une «OPA» sur les banlieues françaises. Le journal raconte comment Doha n’a pas hésité une seule seconde à proposer 50 millions d’euros, quand une association d’élus pour la diversité est allée frapper à la porte pour demander de l’aide, en novembre 2011, sur le mode «puisque la France ne s’occupe pas de ses quartiers populaires, peut-être que d’autres auront envie de le faire». D’après Libération, l’idée aurait été approuvée la semaine dernière par Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, qui aurait obtenu, en échange, une participation de l’Etat français, et l’élargissement de ce fond à un certain nombre de zones rurales défavorisées.
 
Libération qui évoque une diplomatie qatarie du «double jeu», à la fois ouvertement pro-occidentale, mais qui finance, dans le même temps, des groupes salafistes comme celui d’Abdelhakim Belhadj en Libye, voire en contact avec associations liées à Aqmi, Al Qaida au Maghreb islamique. Le journal rappelle surtout que si «la diplomatie du Qatar a beau jouer des circuits qui définissent le monde moderne, celui de la finance, des médias de masse, du sport, et du divertissement, elle n’est en rien une philanthropie».
 
Et puis il est évidemment toujours question ce matin du «non» des écologistes au pacte budgétaire européen. Un vote qui sème la zizanie, à gauche. Le conseil d’Europe Ecologie-les Verts a tranché: «le non monte», titre l’Humanité, en regrettant qu’«en optant pour le service minimum du débat, le gouvernement (ait) choisi de minimiser l’enjeu de ce traité».
 
Le problème, dans le «non» des Verts, c’est que les écologistes font partie d’un gouvernement, qui, lui, entend faire  ratifier le traité au Parlement. Et «là, (forcément) ça se complique vraiment», résume le Parisien, qui revient notamment sur la position délicate dans laquelle se retrouve l’ex-patronne des Verts Cécile Duflot. La  ministre du Logement, qui n’a, quant à elle, toujours pas pris position.
 
Quand les Verts «défient Hollande», c’est à la Une, également, du Figaro, qui se fait une joie de rappeler que cette révolte ne pouvait pas moins bien tomber, à un moment où François Hollande dévisse sévèrement dans les sondages.Le Figaro qui estime que «le chef de l’État ne peut accepter que la majorité soit une aimable pétaudière où chacun peut dire ce qu’il pense et agir à sa guise». «Il serait temps de rappeler (aux écologistes) qu’on ne peut vouloir tout à la fois le beurre, l’argent du beurre et la fille de la crémière», écrit le Figaro, en citant, une fois n’est pas coutume, Daniel Cohn-Bendit, en pleine rupture il est vrai avec ses amis les Verts.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine