SYRIE - TURQUIE

Tirs d'obus mortels à la frontière turco-syrienne

Cinq personnes ont été tuées et neuf autres blessées dans des tirs de mortier en provenance de Syrie sur Akçakale, une localité du sud-est de la Turquie, à la frontière syrienne. Une femme et un enfant de 6 ans sont au nombre des victimes.

Publicité

Des obus tirés mercredi du côté syrien de la frontière ont tué cinq personnes et blessé neuf autres dans la localité d'Akçakale, située dans le sud-est de la Turquie, frontalier avec la Syrie, a indiqué le maire de ce village, cité par les chaînes de télévision.

Un précédent bilan fourni par le même responsable faisait état de trois morts.

"Parmi les trois morts se trouve une femme et un enfant de 6 ans. Il y a aussi 9 blessés", a dit le maire Abdülhakim Ayhan, sur la chaîne télévisée d'information CNN-Türk.

Il a expliqué que des obus avaient atterri sur une habitation, provoquant ce lourd bilan.

"Il y a une colère dans notre localité envers la Syrie", a expliqué le maire, soulignant que sa localité avait été régulièrement touchée ces dix derniers jours par des balles perdues et des obus tirés dans les combats sporadiques qui opposent l'armée fidèle au président syrien Bachar al-Assad aux rebelles autour du poste-frontière syrien de Tall al-Abyad.

Auparavant un témoin avait fait état auprès de l'AFP de plusieurs morts dans l'incident, le premier du genre depuis le déclenchement de la révolte populaire en Syrie, qui a dégénéré en guerre civile, en mars 2011.

"Une femme a été déchiquetée par l'explosion devant mes yeux. Il y a aussi d'autres morts et des blessés, dont des enfants", avait souligné cet habitant d'Akçakale.

Un député de cette localité membre du parti gouvernemental de la justice et du développement (AKP), Halil Özcan, a souligné aux journalistes que les victimes étaient une mère de famille et ses quatre enfants.

Des images diffusés sur les chaînes de télévision montrent des policiers s'affairant autour des blessant gisant dans des mares de sang et au moins une habitation dévastée par une explosion.

Le chef de la diplomatie turque Ahmet Davutoglu a convoqué une réunion d'urgence au ministère des Affaires étrangères après l'incident, a-t-on appris de source informée.

Le poste de Tall al-Abyad est tombé aux mains de rebelles de l'armée syrienne libre (ASL) il y a une dizaine de jours à l'issue de violents combats qui ont fait cinq blessés du côté turc de la frontière.

Les écoles du secteur sont fermées depuis côté turc pour des raisons de sécurité.

Depuis juillet, les rebelles syriens ont pris le contrôle des points de passage Bab al-Hawa, Al-Salama et Jarabulus situés à la frontière avec la Turquie, longue de 900 km. Ils se sont également rendus maîtres de passages avec l'Irak sur la frontière orientale de la Syrie.

La Turquie a rompu avec le régime syrien et abrite sur son sol plus de 93.000 réfugiés syriens dans plusieurs camps le long de la frontière.

(AFP)

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine