Dans la presse

Les entrepreneurs sont-ils des "Pigeons"?

Presse française, Jeudi 4 octobre. Au menu de la presse française ce matin, le mouvement des «Pigeons», un sondage qui confirme que les sympathisants de l’UMP sont à droite, l’hypothétique retour de Nicolas Sarkozy, et une opération séduction signée Valérie Trierweiler.

Publicité

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
Au menu de la presse française, ce matin, un mouvement de fronde chez plusieurs entrepreneurs français.
 
Ils sont créateurs de start up, patrons de PME, dirigeants d’entreprise, ils se sont autoproclamés «Pigeons» de la nouvelle politique fiscale, et ils sont à la Une du Figaro. Des patrons en colère qui ont décidé de protester contre ce qu’ils qualifient de «matraquage fiscal» à leur encontre, notamment la décision du gouvernement d’imposer le capital au même niveau que le travail. «Attention, prévient le Figaro, ces pigeons sont des pigeons voyageurs qui iront s’épanouir ailleurs».
 
Le gouvernement semble effectivement avoir reçu le message 5 sur 5. D’après le Monde, il préparerait en ce moment un projet de «réduction massive, mais étalée des charges patronales». Concrètement 30 à 50 milliards d’allègements des cotisations patronales sur les salaires allant de 2300 à 3200 euros sur cinq ans. Le but principal de cette mesure, c’est bien sûr d’améliorer la compétitivité française, et aussi de lâcher un peu de lest en direction des dirigeants d’entreprise.
 
Le Monde analyse le mécontentement des «Pigeons» en relevant un certain nombre d’approximations dans leur discours. Oui, l’intention du gouvernement est bien d’aligner la fiscalité du capital sur celle du travail, mais non, ces entrepreneurs ne seront pas systématiquement taxés à 60 % en cas de cession de leur entreprise, sans compter le fait qu’ils pourront bénéficier de toute une série d’exceptions et de rabais.
 
A noter également ce matin, ce sondage publié par le Figaro, réalisé auprès des sympathisants de l’UMP. Une étude qui montre un électorat de droite sans concession sur les questions de société. Jusque là, rien de très surprenant. Là où ça l’est davantage, c’est sur la question des alliances à nouer lors des prochaines élections: 39 % de ces sympathisants seraient d’accord pour des alliances avec le Front national, contre 28 % avec le Modem.
 
Officiellement, la ligne est claire, rappelle le Parisien: pas question de passer des accords avec l’extrême-droite. L’UMP tenterait plutôt de circonscrire le FN en tenant un discours «assez droitier» - un pari risqué qui ressemble à la stratégie suivie, avec le succès que l’on sait, par Nicolas Sarkozy.
 
L’ex-président envisagerait un retour à la politique et penserait de plus en plus à 2017. Depuis plusieurs jours, son entourage fait courir le bruit que «la décomposition rapide du pouvoir en place» et «la popularité presque retrouvée de Sarkozy» ne le laissent pas  indifférent, selon le Figaro, qui rapporte même que le récent sondage indiquant que 69% des Français désapprouvent le tweet de Valérie Trierweiler «n’a pas échappé à Carla Bruni», sans qu’on sache très bien ce que le Figaro entend par là.
 
Valérie Trierweiler qu’on retrouve en pleine opération reconquête, à la Une du Parisien.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine