HANDBALL

Soupçons de paris truqués : un joueur de Montpellier autorisé à rejouer

Mis en examen pour escroquerie dans l'affaire de soupçons de match truqué aux côtés des frères Karabatic, Dragan Gajic va pouvoir retrouver les terrains de handball. Un juge a levé son interdiction de rencontrer les membres du club de Montpellier.

Publicité

Un juge d'instruction de Montpellier a levé l'interdiction de rencontrer joueurs et membres du club pesant sur Dragan Gajic, mis en examen pour escroquerie dans l'affaire de soupçons de match truqué sur fond de paris sportif, a annoncé vendredi son avocat.

Le handball français dans la tourmente

"Le juge d'instruction de Montpellier a levé l'interdiction faite (dans le cadre de son contrôle judiciaire, NDLR) à M. Gajic de rencontrer les joueurs du MAHB mis en examen ainsi que les membres du club (entraîneurs, joueurs, staff)", affirme dans un communiqué Me Frédéric Landon, l'avocat du Slovène.

"En conséquence, Dragan Gajic peut exercer de nouveau ses fonctions de joueur au sein du club", ajoute-t-il.

Selon l'avocat, lors de son audition vendredi devant le magistrat instructeur, le joueur montpelliérain a confirmé ce qu'il avait dit lors de son interrogatoire de première comparution, le 2 octobre, et devant les policiers, après son interpellation le 30 septembre, à savoir qu'il n'avait "procédé à aucun pari sur ce match".

Toujours, selon la même source, face au magistrat, Dragan Gajic a en outre "tenu à souligner son comportement pendant toute la rencontre tant sur le plan éthique que sportif", avec 10 buts sur 12 tirs, "ce qui constitue une de ses meilleures statistiques de toute la saison".

"Dragan Gajic ne peut que se réjouir de cette décision et espère pouvoir rejouer dès dimanche prochain face à Ivry", conclut le communiqué de Me Landon.

11.600 euros de caution

Le président du Montpellier Agglomération Handball (MAHB), Rémy Lévy, et son entraîneur, Patrice Canayer, n'ont pu être joints vendredi après-midi par l'AFP.

Dragan Gajic et quatre autres joueurs, dont Nikola Karabatic, ont fait appel mardi de l'ensemble des conditions de leur contrôle judiciaire, à savoir l'interdiction de rencontrer les joueurs et les membres du staff, mais aussi le paiement d'une caution équivalent, aux yeux du parquet, aux gains remportés à la suite des paris faits sur le score à la mi-temps de la rencontre entre Montpellier et Cesson, le 12 mai dernier, mises comprises.

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Montpellier doit rendre sa décision jeudi. Elle concerne donc encore Gajic, s'agissant de la caution qui s'élève pour lui à 11.600 euros.

A l'audience, mardi, le parquet général s'était opposé à la levée totale de l'interdiction mais s'était dit favorable à un aménagement, à savoir une autorisation à rencontrer la direction, ce qui ouvrirait la porte à des licenciements.

Cette hypothèse était envisagée par le club, qui a perdu mercredi son sponsor maillot avec la société informatique Brother France, une perte d'importance puisque la société japonaise représentait 300.000 euros par an dans le budget du club, porté en début de saison à 7,4 millions d'euros.

Les auditions des quatre autres joueurs du MAHB sont prévues début novembre, avait par ailleurs annoncé à l'audience le parquet général. Toutefois, selon l'un des avocats des frères Nikola et Luka Karabatic, aucune convocation n'avait été encore adressée vendredi aux joueurs.

AFP

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine