PRÉSIDENTIELLE AMÉRICAINE

La politique étrangère au cœur du dernier débat Obama-Romney

AFP

Barack Obama et Mitt Romney vont s'affronter ce lundi soir sur les dossiers internationaux les plus chauds. La dernière occasion pour les deux candidats, au coude à coude dans les sondages, de se départager avant le scrutin du 6 novembre.

Publicité

Ce sera l’ultime confrontation. Barack Obama et Mitt Romney se retrouvent lundi 22 octobre dans une université de Boca Raton, en Floride, pour débattre de politique étrangère. L’occasion pour les deux candidats à la présidence américaine de prendre l’avantage à 15 jours du scrutin.

Selon un récent sondage, publié dimanche par le "Wall Street Journal" et la chaîne NBC News, les deux hommes recueillent chacun 47 % des intentions de vote auprès des électeurs les plus susceptibles de voter. Sur un échantillon plus large des électeurs inscrits, le président sortant l'emporterait avec 49 % des voix contre 44 % à son adversaire.

Mais difficile de séduire les électeurs américains sur la politique étrangère, domaine qui ne suscite chez eux qu'un intérêt modéré. Il faut dire que les dossiers sont déjà connus : l'Amérique dans le monde, la guerre en Afghanistan, Israël et l'Iran, les changements au Moyen-Orient, le terrorisme et l'émergence de la Chine.

Dans ce face-à-face animé par Bob Schieffer qui officie le dimanche matin sur CBS dans l'émission "Face the Nation", Barack Obama devra défendre son bilan. Il pourra se targuer d’avoir tenu ses promesses comme le retrait d'Irak et l'engagement de la transition en Afghanistan. Il en profitera pour mettre en garde les électeurs, en cas de victoire de Mitt Romney, contre une politique étrangère "qui nous entraîne[rait] dans des guerres sans plan pour en sortir".

"L’instant libyen"

Dans le domaine de la sécurité, Barack Obama devrait sortir son autre atout : la mort d'Oussama Ben Laden. En revanche, la mort de l'ambassadeur américain, Christopher Stevens, dans une attaque du consulat américain à Benghazi en Libye, le 11 septembre dernier, vient ternir ce bilan.

Cet attentat a déjà donné l’occasion d’une vive passe d’armes entre les deux hommes lors du deuxième débat. Le candidat républicain avait affirmé de manière erronée que le président avait mis deux semaines avant de reconnaître qu'il s'agissait d'une "attaque terroriste", l'hôte de la Maison Blanche a immédiatement riposté en lui rappelant qu'il avait utilisé cette expression dès le lendemain de l'assaut.

Depuis, nombre d'observateurs parlent de "l'instant libyen" de Mitt Romney pour évoquer son embarras manifeste sur le moment. Les collaborateurs du républicain assurent pourtant qu'il est prêt à batailler de nouveau sur ce sujet.

Accord entre Washington et Téhéran ?

Dans le clan républicain, la stratégie consiste à accuser le président démocrate de faiblesse sur la scène internationale. La diplomatie d’Obama au Moyen-Orient "est en train de s'effondrer sous nos yeux", a lancé Mitt Romney le 16 octobre. Le candidat républicain, qui accuse son rival d'avoir "laissé tomber" Israël, va également lui reprocher son inaction en Syrie.

Le dossier iranien devrait également aussi être au cœur du débat. Mitt Romney pourrait s'appuyer sur un article du "New York Times" affirmant, dimanche, que les États-Unis ont conclu un accord de principe avec l'Iran pour des discussions bilatérales au sujet du programme nucléaire de la République islamique. La Maison Blanche a démenti tout accord de ce type.

FRANCE 24 avec dépêches

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine