Dans la presse

"Chevaux et baïonnettes"

Presse internationale, Mardi 23 octobre. Au menu de la presse internationale ce matin,le troisième et dernier débat entre Mitt Romney et Barack Obama. C’était cette nuit en Floride, et il était question de politique étrangère.

Publicité

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
On consacre cette revue de presse internationale au troisième et dernier débat télé entre Barack Obama et Mitt Romney. La rencontre a eu lieu cette nuit et portait sur la politique étrangère.
 
Je vous propose de commencer par un coup d’œil au site d’info le plus visité au monde, le site du Daily Mail, qui résume ainsi le match de cette nuit: un président sarcastique qui a pas mal pris de haut son adversaire républicain, l’accusant de ne pas avoir de «vision claire» du monde et de le percevoir comme une sorte de grand jeu de «touché coulé». Face à lui, un Mitt Romney qui ne s’est pas laissé désarmer, qui a tenté tout le long du débat d’apparaître comme un véritable homme d’Etat, au fait des affaires du monde, de l’Iran à la Pologne en passant par le Mali.
 
Départager les deux candidats reste toutefois très difficile. Si Romney a su tenir son rang, Obama, lui, est crédité de la meilleure réplique de la soirée. «Je crois que le gouverneur Romney n'a peut-être pas passé assez de temps à regarder comment nos forces armées fonctionnent. Vous avez mentionné la Navy et le nombre inférieur de navires par rapport à 1916. Eh bien, gouverneur, nous avons également moins de chevaux et de baïonnettes parce que notre armée a changé». Voilà ce qu’a répondu le président Obama à un Mitt Romney déclarant que «la marine américaine n'a jamais été aussi réduite depuis 1917». Un échange qui amuse évidemment beaucoup les commentateurs sur les réseaux sociaux, comme cet internaute qui ironise sur le fait qu’aucun de deux candidats n’a mentionné la menace que représentent la Prusse et l’empire ottoman.
 
Barack Obama qui a aussi ironisé sur les déclarations passées de Mitt Romney à propos de la Russie. Le site du Huffington Post a relevé cette remarque du président sortant, qui a déclaré: «Gouverneur Romney, je suis heureux de vous entendre reconnaître qu’Al Qaida constitue une menace, parce qu’il y a quelques mois encore, vous assuriez que la plus grande menace géopolitique que les Etats-Unis aient à affronter était la Russie». «Mais la guerre froide, c’est fini depuis 20 ans», a-t-il ajouté. Le président a à plusieurs reprises évoqué les décennies passées pour critiquer le programme de son rival, les années 50 pour ses politiques sociales, et les années 20 pour ses politiques économiques. Une désynchronisation, un décalage synonyme d’incompétence dans le discours d’Obama, qui a balancé cet autre uppercut à son adversaire: «A chaque fois que vous avez exprimé une opinion( en matière de politique étrangère), vous avez eu tort. Vous avez dit que nous aurions dû aller en Irak bien qu'il n'y ait pas d'armes de destruction massive. Et vous avez dit que nous devrions toujours avoir des soldats en Irak».
 
Barack Obama et Mitt Romney dont les positions ne sont toutefois pas toujours si éloignées, les deux candidats rivalisant à la fois de fermeté sur l'Iran et de marques de soutien à Israël. Le site Politico s’interroge aussi sur la pertinence de la distinction entre affaires étrangères et affaires domestique : «la réalité de la globalisation qui est une réalité à laquelle on ne peut pas échapper, écrit Politico, c’est que ce qui affecte les unes a forcément des répercussions sur les autres». Le site écrit que le principal sujet du débat aurait du être l’état dans lequel se trouvent les Etats-Unis, parce que ce qui importe le plus, c’est leur capacité à affronter toutes ces crises, leurs ressources pour y faire face. Bref, rien ne sert d’évoquer la marche du monde sans s’interroger sur ce que sont aujourd’hui les forces et les faiblesses de l’Amérique.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Le résumé de la semaineFrance 24 vous propose de revenir sur les actualités qui ont marqué la semaine